Incarnez un(e) Humain(e) et faites-vous servir par un(e) Neko !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hanabi, petit feu d'artifice! [Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Hanabi, petit feu d'artifice! [Fini]   Sam 26 Nov - 15:50

Hanabi


Informations globales.


Nom : Ne s'en souvient plus
Prénom : Hanabi
Âge : 16 ans
Orientation : Bisexuelle
Classe : Docile


L'approfondi


Physique :

Pour Hanabi, l’apparence importe peu. Elle n’est pas du tout chochotte à ce sujet, même si elle adore prendre de bons bains chauds pour se relaxer. Son corps est fin, d’un blanc immaculé, et elle possède une poitrine moyenne, juste ce qu’il faut. Elle prend soin d’elle avec une grande délicatesse ce qui lui vaut une peau douce comme de la soie et des cheveux brillant comme le soleil. Ces derniers sont d’une forte longueur et dévale son dos pour se stopper en dessus de ses fesses. Cette cascade resplendissante est de la couleur du soleil, du maïs et des tournesols, si merveilleuse qu’elle amène presque à croire à une illusion. Et pour ce qui indique qu’elle est le fruit de la bêtise humaine, c’est simple : deux petites oreilles blanches immaculées comme la neige couronnent sa tête, ainsi qu’une jolie queue légèrement touffue de la couleur de la farine et des nuages –comme ses oreilles-.

Ses yeux sont tels des feux d’artifices et font tout son charme. Impressionnants, ils sont aussi resplendissant qu’un couché de soleil, orangés et sanglant à la fois. Ils brillent de milles éclats et sont finis par de longs cils délicats, qui les font encore plus ressortir. Son visage garde un air enfantin et innocent, souvent complétés par un sourire qui fait ressortir ses deux petites canines aiguisées comme une couteau, donc attention. Ses doigts sont longs et délicats, agile. Sa taille ? Et bien en fait, elle n’est pas très grande, mais ce n’est pas non plus une naine !


Caractère :

Hanabi est une personne assez gamine et puéril. Pourtant, elle peut facilement être sérieuse quand la situation le demande. Généralement indifférente et discrète, elle profite de sa rapidité et de son agilité pour espionner discrètement les gens afin d’en savoir plus sur eux. Les humains ont toujours été une source de curiosité pour elle, et elle aime les étudier sous toutes leurs coutures. Elle aime s’amuser et rigoler, faire des farces et bondir sur les gens. Méfiante avec les inconnus, douce avec les personnes qu’elle apprécie, son caractère peu changer d’un bout à l’autre. Mais il est difficile de bien se faire voir par elle et elle n’accorde pas sa confiance à n’importe qui. C’est un peu logique, non ?

Gourmande, elle aime manger, surtout des fruits. Vous posez une pomme sur la table de la cuisine et hop ! Disparue en un clin d’œil. Hanabi est très rapide et trouve toujours un endroit où se cacher, alors vous pouvez dire adieu à votre délicieux fruit ! Elle est en général extravertie et se fiche pas mal du regard qu’on les autre sur elle. Mais par moment, elle peut être gênée et intimidée, face de sa personnalité qu’elle ne veut surtout pas qu’on découvre. Pour elle, c’est un défaut. Elle a l’air forte, sous ses airs de chat enragé, mais au fond d’elle, elle est comme une petite poupée en porcelaine que l’on pourrait casser rien qu’en la lâchant. C’est vrai qu’elle est plutôt naïve et ne se rend pas vraiment compte des dangers qui l’entourent. Pourtant, comme elle est très courageuse et casse-cou, elle fait tout pour se sortir des situations plus ou moins périlleuses qu’elle vit au quotidien. Par moment, ses faits et gestes ne sont dictés que par son instinct, sauvage ou non, et personne ne peut la raisonner. Ah oui, elle est aussi têtue, et change difficilement d’avis.


Histoire :

- Je n’entendais rien autour de moi. Je flottais dans quelque chose, mais sans savoir son origine -

Au fin fond du monde, dans une petite ville, il existait, il y a longtemps, un laboratoire d’expérience humaine. Chaque jour, des nouveau-nés naissaient, mais ils étaient spéciaux. Personne ne savait avec quel produit leur transformation avait été effectuée, mais ils n’étaient pas normaux. Qu’ils aient été croisés avec un chat ou avec un autre animal, ils restaient erreur de la nature et étaient déjà voués à un futur éprouvant. Les scientifiques parlaient tous de « progrès planétaires » ou « expérience intéressante » mais quand on voyait le regard des gens sur ces hybrides dans la rue, on ne pouvait qu’apercevoir les mots « hideux », « erreur », « honte », « démon » et « horreur » dans leurs yeux. Les humains ne voulaient tout simplement pas porter le poids de leur péché sur leurs épaules, alors ils les ont blâmés et détestés. Ils voulaient s’en débarrasser et ne plus rien avoir à faire avec eux.
Pourtant le trafic se répandit bientôt dans de nombreux pays et devint même normal. Un trafic humain immoral, mais que tous exerçaient sans une once d’honte.


- Un silence interminable, aucune présence apparente et un grand vide au fond de moi -

Dans ce laboratoire, des hybrides femelles étaient mises enceintes et devaient avaler des produits chimiques contre leur gré. Une fois l’accouchement arrivé, c’était de longues heures de souffrance qui les attendent. Dès que l’enfant sortait, il était tout de suite enfermé dans une sorte de gros bocal rempli d’eau et de produit pour ne pas qu’il meurt. Les jours suivants, les scientifiques commençaient déjà à les étudier et à prendre des notes. Malheureusement, nombreux étaient les nouveau-nés qui mourraient quelques jours après leur naissance. Pour ceux qui survivaient, ils restaient dans leur bocal de longues années. Certains étaient enfin libérés de ces derniers à leurs 7 ans, d’autres à leurs 12 ans.

Mais en restant isolé du monde ainsi, ils n’avaient aucune idée de ce qui les attendait dehors. Dans leur « prison » ils n’étaient pas censés pouvoir entendre les gens autour d’eux. Pourtant il y eut quelques exceptions et pour eux, ce fut encore plus dur de comprendre. A leur libération, ils étaient tout de suite envoyés, comme des colis, dans des animaleries où ils étaient dressés pour obéir à la lettre, comme des robots. Un triste sort que personne ne pouvait changer. Un péché qui n’aurait jamais dû exister.

C’est là-bas qu’Hanabi naquit.

Comme tous les autres, dès qu’elle fut sortie, elle fut enfermée dans un grand bocal. Malheureusement, sa mère mourut directement après l’accouchement. Comme touts les autres, elle fut étudiée. Mais contrairement à eux, elle pouvait tout entendre. Le bruit du liquide dans lequel elle flottait, les dialogues des scientifiques, les cris des femmes qui accouchaient. C’était une torture mentale au début, mais elle a fini par s’y habituer. Ses yeux restèrent clos pendant plusieurs années, malgré les tentatives des médecins pour qu’elle les ouvre. Elle entendait absolument tout. Tout ce que les scientifiques disaient sur elle, toutes les machines, tous les petits bruits dans les moindres recoins. Pourtant, elle ne réagissait jamais. Son visage gardait tout le temps le même air serein et indifférent, comme un robot. Les scientifiques commencèrent à s’inquiéter du fait qu’après 14 ans, elle n’avait toujours pas bougé. Alors un jour, ils décidèrent de la réveiller pour de bon.

Ils décidèrent de ne pas tout de suite ouvrir sa prison mais de plutôt lui envoyer des tout petits chocs électriques pour la secouer un peu et pour qu’elle puisse se réveiller d’elle-même, doucement.

Premier choc. Elle ne bougea pas
Deuxième choc un peu plus fort. Elle ne bougea toujours pas
Troisième choc, fort. Elle resta dans la même position

Ils lui firent alors subir un quatrième choc, très fort. Mais la réaction qu’ils eurent en retour, ils ne l’auraient jamais imaginée. Car Hanabi –qui ne possédait pas encore de nom- avait senti tous les chocs. Mais ayant marre d’en recevoir, au quatrième, elle ouvrit brusquement les yeux et cassa la vitre d’un simple coup de griffe. Un coup de griffe où se rassemblait toute sa force depuis 14 ans. Elle tomba parterre dans un fracas, au milieu du liquide dans lequel elle avait baigné pendant tout ce temps. Les scientifiques restèrent bouche bée devant ce spectacle. La Neko ne bougea plus, la tête baissée. Un scientifique courageux s’approcha d’elle. L’hybride, elle, n’en pouvait plus. Une odeur très désagréable emplissait ses narines et elle était toujours sonnée par les coups d’électricité qu’elle avait reçus. Soudain, une grand colère et rage intérieur la submergea. Elle releva la tête et sauta sur l’homme trop près d’elle, puis elle sortit les griffes et lui trancha la peau de son torse. Un cri de souffrir résonna alors et elle tenta de se relever alors que les collègues de l’homme blessé déclarèrent l’alerte. La Neko les regarda avec un air hautain et cruel alors qu’elle sauta sur un autre scientifique, qu’elle reconnu au son de sa voix, celui qui l’avait mis dans le bocal quand elle était née.


- Partout où mes yeux se posèrent, je ne voyais que des choses écœurantes et tristes. Un grand désir de nettoyer tout ça monta en moi et mon premier reflex fut d’éliminer ces choses qui n’auraient pas dû être… -

Après plusieurs coups de griffe, elle fut projetée violemment contre une des machines par la sécurité. Le coup fut si fort que la machine se dérégla et fini par exploser. Un énorme incendie se déclara dans le laboratoire, ravageant tout sur son passage. Il n’y eut que quelques rares survivants. Les autres étaient étalés dans les couloirs en attendant leur mort. Mais une chose attira le regard de l’un d’entre eux. Devant la grande porte d’entrée, entre les flammes, se tenait quelque chose, ou plutôt quelqu’un. Cette personne tenait difficilement debout et était en train d’ouvrir la lourde porte pour sortir. Le scientifique rampa vers elle lentement et découvrit avec horreur la Neko qui avait tué l’un d’entre eux. Celle-ci tourna son regard mauvais vers lui et la seule chose qu’il put dire avant que tout devienne noir fut

« Hanabi... »


Hanabi, car sa vision l’éblouit comme un immense feu d’artifices. Hanabi, car elle jaillissait d’entre les flammes. Hanabi…car tout simplement ça la définissait...

Après la mort du scientifique, elle ouvrit la porte sans un regret et partit en essayant de courir, ne maîtrisant pas encore bien ses jambes. Nombreuses furent les fois où elle s’écroula parterre et où elle trébucha dans l’herbe. Mais sa course acharnée la mena dans un immense champ où des vaches broutaient tranquillement et où des moutons dormaient paisiblement côte à côte. Alors elle utilisa ses dernières forces et se coucha entre ces derniers, bien au chaud. Elle s’endormit instantanément en attendant le lendemain.

Au levé du jour, le fermier qui possédait ce champ vint nourrir ses animaux. Et quand il découvrit l’hybride alors qu’il allait nourrir ses animaux, le choc fut tellement grand qu’il crut mourir d’une crise cardiaque. Il la réveilla très doucement, ne remarquant pas tout de suite qu’elle était nue, et quand elle ouvrit ses yeux, il lui demanda tout doucement comment elle s’appelait et qui elle était. L’hybride le dévisagea et prononça dans un murmure


« Hanabi »

Et puis elle se tut, n’arrivant pas à parler. Ne sachant pas d’où elle venait et du fait qu’elle était une hybride, l’homme la recueilli sous son toit et s’en occupa. Ils étaient coupés du monde, un monde où les autorités ne pouvaient plus la retrouver. Elle vécue avec ce fermier 1 ans, l’aidant dans ses tâches, mais restant tout le temps indifférente à tout. Avec gentillesse, il lui apprit à marcher pour ne plus qu’elle se fasse mal en tombant et la nourrit sans lui demander quoi que ce soit. Pourtant à ses 15 ans, il l’envoya dans la ville la plus proche, pour qu’enfin elle vive en société.

Là-bas, elle fut accueillie dans une animalerie qui lui donna des vêtements adaptés pour elle et qui s’en occupa pendant quelques mois. Mais comme personne ne voulait l’adopter, elle fut transférée dans une autre animalerie. Et encore une autres, et encore une autre. Personne ne voulait l’adopter et les vendeurs ne comprenaient pas pourquoi.

Mais un jour, une famille voulut bien d’elle. C’était une famille très riche qui possédait un grand château. Elle se rendit donc là-bas avec eux. Cette famille ce composait d’un homme qui était patron d’une grande entreprise, de sa femme qui écrivait des romans, tous très célèbres, et de leur deux enfants, une fille de 13 ans et un garçon de 17 ans. Elle y vécu 1 ans, jusqu’à ses 16 ans.
Dans cette famille, le père n’était pas souvent là. Sa femme prenait toujours Hanabi comme mannequin et lui faisait essayer des robes à longueur de journée. La petite fille, elle, était un peu jalouse de l’hybride et faisait tout pour la ridiculiser et pour la faire souffrir. Son grand frère, lui, était le seul à la respecter. Mais un jour, elle s’enfuit de chez elle car elle en avait marre de ce climat et de ces gens. Elle fut bien vite attrapée par des policiers, ce qui lui valut son retour à l’animalerie.

Agée de 16 ans, détestée de tous, elle devait survivre dans ce monde cruel et sans pitié. Enfermée dans une petite cage, très peu mise en évidence, son cauchemar continuait dans cette animalerie, empirant avec les vendeurs extrêmement méchants avec elle.

Pourquoi l’avait-on créée si c’était pour la détester et la faire souffrir pour finir ?


Hé, toi, t'es qui au fait ?


Pseudonyme : Hanabi
Comment as-tu découvert le forum ? Top Site
As-tu lu le règlement ? Validé par Alyséa.
Comment l'améliorer selon toi ? Je ne sais pas, je le trouve très bien comme ça!
Un petit plus ? Nop!
Quel est le personnage sur votre avatar ? Aucune idée

Revenir en haut Aller en bas
Alyséa
Neko Rebelle
Neko Rebelle
avatar

Messages : 268
Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 25
Localisation : Entre les cuisses d'Akihiko.

MessageSujet: Re: Hanabi, petit feu d'artifice! [Fini]   Sam 26 Nov - 20:18

Validée ! Bon rp parmi nous :3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Hanabi, petit feu d'artifice! [Fini]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» Lisha le mignon petit chat ? Oui...Oui on peut dire ça... [Fini ~]
» Après avoir fini la bouteille, je serai philosophe
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Petit besoin (d'un Courant) d'air

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You are my master ! :: Première Partie : La paperasse. :: Les fiches de présentation :: Présentations des Nekos :: Fiches Validées-
Sauter vers: