Incarnez un(e) Humain(e) et faites-vous servir par un(e) Neko !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Où suis-je ? Laissez-moi sortir, je vous en prie !... [PV Luna Sanchez]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Où suis-je ? Laissez-moi sortir, je vous en prie !... [PV Luna Sanchez]   Dim 30 Oct - 20:50

Une des plus grandes animaleries de Tokyo... Mais une des moins côtées et des moins chères, car en fait, il s'agissait d'un ancien pénitentiaire reconverti pour accueillir une nouvelle sorte de prisonniers... Des nekos. Tous ces êtres, humains mais possédant des attributs de chat, tous différents, mais ensemble dans la captivité...

Dans l'un des blocs, il y avait un bâtiment, à ce bâtiment, un étage, et à l'étage, plusieurs dizaines de cellules... De l'une de ces cellules, on pouvait entendre venir ceux qui marchaient dans le couloir, et du couloir, on pouvait presque entendre ce qui se passait dans les cellules...
Cette nuit, tout était silencieux, presque tous les nekos dormaient, et ceux qui ne dormaient pas prenaient soin de faire le moins de bruit possible, surtout lorsque le tenant de l'animalerie faisait une ronde...
Il n'y avait qu'une ou deux cellules que l'on entendait résonner dans presque tout le bloc, et dans l'une d'elles, il y avait une jeune Neko aux longs cheveux roses, assise sur sa couchette, les genoux repliés contre la poitrine. Ce qui faisait tant de bruit dans sa cellule n'avait rien d'inhabituel, surtout pour elle. Elle pleurait.
Soudainement, un bruit sourd et violent retentit du mur derrière elle, suivit d'un grand cri :

- OH ! TU PEUX ARRÊTER ÇA ?? JE VEUX DORMIR !!

Maya poussa un petit cri et se figea en silence. Au bout de quelques instants, comme le neko de la cellule voisine n'avait pas l'air de vouloir recommencer, Maya se détendit à peine et s'allongea. Demain serait un autre jour, mais il ressemblerait probablement à tous les autres : Levée par une sonnerie stridente à sept heures tapantes, puis menottée et menée aux douches communes pour s'y laver, comme chaque semaine. Ils n'avaient droit qu'à une douche par semaine... Juste après, elle sortirait dans le froid de la cour extérieure et attendrait l'heure du repas. Ensuite, il lui fallait travailler. Elle, qui avait suivi des cours par correspondance jusqu'à ses 16 ans, qui avait réussi les tests blancs d'entrée d'à peu près toutes les universités de Kobe, qui avait obtenu un A à un test blanc d'entrée de Tôdai, elle était obligée de fabriquer des vêtements dans les sous-sols d'une ancienne prison...
Enfin viendrait le repas du soir, juste avant qu'elle ne doive retourner dans sa cellule.

Vais-je sortir d'ici un jour ? Qui viendra me chercher, un maître, ou une maîtresse ? J'espère qu'il ou elle sera gentil... Je veux revoir ma mère...

Ce fut sur ces pensées que Maya "Shy" s'endormit...


Dernière édition par Maya Shy le Sam 26 Nov - 18:37, édité 2 fois (Raison : On peut reprendre, maintenant, Luna ! ♥)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Où suis-je ? Laissez-moi sortir, je vous en prie !... [PV Luna Sanchez]   Lun 31 Oct - 21:22

Parce qu’il y a des jours comme celui-ci, des jours où, la vie, nous impose le fait d’avoir à prendre des décisions. Des décisions dites hors de la “ norme “ comme des décisions tout à fait banales. Parce que les répercussions de ces décisions que nous prenons, peuvent autant toucher les autres, que ceux qui nous entourent, que nous même, et seulement sois. Souvent, la peur de ce que les gens pourraient penser de nous, selon nos choix, nous hante. Cela étant… la réaction la plus normale à avoir vu le monde dans lequel nous évoluons, un monde dans lequel les préjugés sont de mises où un simple geste peu devenir exagérer à force qu’il soit discuté par tous. Mais, ne généralisons pas, puisqu’il y a tout de même des gens que nous pourrions appeler, moins égocentriques. Qui pense d’abord aux autres et donc, qui ne choisissent pas nécessairement ce qui leur plairait. Chaque personne doit se réveiller et s’endormir, chaque jour avec un poids inutile sur les épaules. L’image affichée, cela satisfait amplement plusieurs personnes. Des gens qui se basent sur la première impression, des gens superficiels. Ils jugent par les vêtements, les habitudes, la nationalité, la couleur de peau, le physique, le cercle d’ami (e) s… Personnellement, ce genre de personne me dégoûte au plus haut point. Des gens hautains qui pensent être meilleurs que tous alors qu’en fait… Ne sont-ils pas pires que les autres? Nous vivons dans un monde où plusieurs vivent leurs vies de façon à plaire aux autres, où plusieurs vivent par rapport aux critères des autres souhaitant à tout prix que les autres aient une bonne opinion d’eux. Comment est-ce possible de demander cela, alors qu’eux-mêmes ne doivent pas avoir une bonne opinion de ce qu’ils sont? Au fil du temps, les expériences s'accumulent, laissant place à de la nouveauté dans notre vie. Parce que souvent, au moment où l'ont si attend le moins, quelque chose naît en nous, quelque chose d'encore inconnu. Tant inconnu, que nous n'avons eu à nous questionner à ce propos, croyant que ce genre de chose ne pouvait pas nous arriver. Et il naît de ces évènements, d'autres décisions à prendre. Cependant, la nouveauté de cette chose parvient souvent à en apeurer plus d'un et c'est ceux-là qui décident de ne jamais en parler. Alors que d'autre fois, bien que la peur est toujours logé au fond de sois, certains décident de l'exprimer. Il peut s'agir de sentiment, d'une soudaine envie de débuter quelque chose totalement inverse à notre « quotidien » comme de tout autre chose . Parce que oui,nous évoluons et nous changeons et ce, même intérieurement. Il y a tant de gens dans la société qui tente de nous faire voir ce qu'est « une vie normale », que lorsqu'une envie qui ne se compare pas à ce qui est habituellement vu s'empare de nous, le premier réflexe est de se taire.
Lors de ses moments de remise en question, peut-être est-ce du à l'âge qui sait, mais plusieurs questions semblent nous assaillir de toute part. Est-ce réellement moi? Est-ce ce que je désire ou est-ce simplement passager? Est-ce imaginaire ou est-ce réellement ressentit? Que causera ma réponse, autant négativement que positivement comme conséquences et quels changements cela apportera-t-il? Et lorsque ce sera finit, que la passion du moment se sera éteinte, si cela arrive, qui me promet que je pourrai refaire marche arrière, faire comme si cela n'avait pas existé? L'attachement envers des objets, des rêves, des passions, des amours. Tout attachements et si douloureux... Et si j'avais à la perdre au final...?

Je posais mon stylo, encore loin de savoir que ce que je venais d'écrire avait une réelle valeur à mes yeux. J'avais écris sous l'impulsion du moment, sous l'envie soudaine de mettre en mots ce que je semblais être incapable d'expliquer. Je ne pris pas le temps de relire et je glissais mon corps sous les couvertures. J'avais assez usé de moi aujourd'hui et de toute façon, les médicaments qui m'aidaient à bien dormir commençait à faire effet. Ma tête trouva refuge sur l'oreiller et sans rien n'y comprendre, sans même m'en rendre compte je m'endormis profondément. Une nuit et un sommeil sans rêve, comme toutes les autres journées auparavant.

Le réveille se fût brutal. J'ouvris les yeux par un téléphone de l'hôtel où je dû me rendre durant la matinée. Être propriétaire avait beaucoup d'avantages, mais comportait aussi son lot de désagrément. Je sortis en fin d'après-midi de l'hôtel, avec plusieurs papier et une multitudes de questions. Je devais trouver une personne d'ici la fin de la semaine pour comblé un poste important. Je pris une très grande inspiration avant de m'arrêter devant une affiche. Il y avait d'inscrit le nom d'une animalerie et que dans une dizaine de kilomètre il fallait tourner à gauche pour l'atteindre. Je restais quelque minutes à observer l'affiche et je décidais d'aller à la ''dite'' animalerie. Pourquoi, ne pas acheter une ''bête'' une fois et ne plus avoir à payer par la suite? J'avais qu'à lui enseigner quoi faire et comment le faire et le tout serait presque gratuit. La marche fût longue et je sortis de mon cartier habituelle, mais j'y arrivais.

Il y avait des gens dehors, des Nekos. Il devait être 2heures de l'après-midi. C'était tous des mâles qui étaient dehors. Je longeais la clôture et pris le petit chemin qui me permettait de rejoindre les grandes portes et je pénétrais dans l'immense édifice. Le hall principal était grand et plusieurs garde étaient présent, probablement plus que la normal, car il y avait un petit attroupement d'hybride féminine qui marchait vers un couloir.

(Excuse-moi. Un poste plutôt médiocre. Mais, j'ai répondu sur ma pause repas. Si tu n'aime pas. Je le refait du début à la fin!)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Où suis-je ? Laissez-moi sortir, je vous en prie !... [PV Luna Sanchez]   Mer 2 Nov - 9:54

Il était près de 14 heures, peu après le repas, les hommes étaient séparés des femmes, ces dernières étant menées les premières aux ateliers de couture. Une horrible torture pour les pauvres mains de Maya. La neko les leva devant ses yeux : ses doigts portaient encore les marques de l'aiguille qui les avait transpercés, trois jours plus tôt.
Elle sursauta en sentant une main se poser sur son épaule.

- Hii !
- Va te mettre dans le rang, s'il te plait...


Elle se retourna vivement pour voir celui qui lui parlait. Il s'agissait de l'un des gardes, qui lui désignait du doigt les autres nékos femelles qui se regroupaient. Elle reconnut à sa voix et à ses yeux qu'il était celui qui s'efforçait de rendre la vie de la plupart des nekos plus facile. Il n'était jamais brutal, comme les autres, et n'avait jamais essayé de violer l'une des filles. Plus d'une fois, alors qu'elle était recroquevillée sur son lit en pleine nuit, il avait glissé une friandise, des bonbons, une barre chocolatée à travers la trappe de sa porte. Il avait aidé beaucoup d'entre eux à tenir bon, à ne pas sombrer dans la folie. Il jeta un oeil aux autres gardes, puis lui sourit discrètement.

- Allons, dépêche-toi, tu sais que je ne veux pas avoir à te forcer...

Maya acquiesça et courut rejoindre le groupe, qui se rendait le hall. Une fois dans le bâtiment, elle tourna la tête en remarquant que quelqu'un les regardait, depuis l'autre coté des grilles de l'entrée. Une jeune femme, au longs cheveux blonds. Pas très grande, quoique plus qu'elle, mais elle était vraiment belle...
Maya rougit lorsque le regard de la femme croisa le sien, et elle baissa vivement les yeux.

Est-ce qu'elle m'a vue ? Oh non, je dois être horrible à voir... Qui est elle ? Pourquoi est-elle là ?

Le garde qui les accompagnait les fit ensuite descendre les escaliers qui menaient aux ateliers, et elle disparut de la vue de la jeune femme...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Où suis-je ? Laissez-moi sortir, je vous en prie !... [PV Luna Sanchez]   Mer 7 Déc - 20:28

Lorsque nous voulons une esclave pour faire une tâche précise, que demandé de mieux qu'une hybride soumise à notre bon vouloir? Il n'y avait rien de mieux. Comme lorsque nous voulions de l'action et que nous trouvions une Neko peut encline à nous suivre. Avec de la patience, j'avais réussie à remarquer que la soumission portait des signes distinctifs. Justement cette petite Neko qui m'avait regardé et qui avait détourner le regard aussi rapidement que mon regard l'avait prit pour cible, démontrait un premier signe de soumission. Elle témoignant silencieusement d'un respect envers moi et je devais avoué que j'adorais cela.

Je m'approchais d'un homme et lui dit en lui pointant la porte où le groupe d'hybride avait disparu que je voulais pouvoir rencontré la petite Neko au cheveux rose. Il semblait savoir de qui je parlais. Dans un sens, une si petite créature était relativement rare. Petite, soumise, belle. C'était quelque chose de... sublime? Il m'ouvrit la grille et avec le gardien, je descendis le petit couloir. Je croisais plusieurs pièce pour finalement arriver devant la porte de celle ou le groupe plutôt était. J'entrais, silencieusement et je pointais la créature du doigt.

-Elle. Faite la venir.

Sans plus de mots, je tournais des talons, sortant de la grande pièce pour regagner le couloir. Je devais attendre et j'allais vérifier si elle était bel et bien soumise. Si oui et qu'elle savait les Mathématiques, je la prendrait. Je serais heureuse de pouvoir me montrer avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Où suis-je ? Laissez-moi sortir, je vous en prie !... [PV Luna Sanchez]   Ven 9 Déc - 19:10

Maya venait tout juste de s'asseoir près de la machine qu'on lui avait assignée à son entrée ici, cette terrible machine à coudre, qui, sans jamais tomber une seule fois en panne (une véritable chance pour ceux à qui cela arrivait, car ils étaient autorisés à se reposer en attendant qu'elle soit réparée), lui avait de nombreuses fois piqué les doigts, ou avait accéléré sans aucune raison, baclant son travail et la forçant à recommencer. Elle venait juste de s'asseoir, donc, quand elle remarqua que la femme humaine, celle qui l'observait quelques minutes plus tôt, était descendue juste après le groupe de prisonnières, et qu'elle semblait discuter avec un garde en tournant de temps en temps la tête vers elle, avant de pointer le doigt vers elle. La neko sursauta en se rendant compte qu'elle venait de la désigner au garde, qui se dirigeait vers elle. Elle commença à prendre peur, se demandant si elle avait commis une faute, ou si cette femme lui en voulait pour une raison particulière, ou des dizaines d'autres pensées qui, à défaut de lui apporter une quelconque solution, la plongeaient de plus en plus dans la frayeur.

Elle tremblait tout à fait lorsque le maton arriva à sa hauteur, la regardant d haut, elle qui était assise. Elle ne réagit pas lorsqu'il la prit par le bras pour la forcer à se lever et l'accompagner en direction de la femme sous le regard des autres prisonnières. Maya resta silencieuse, gardant la tête baissée, captant parfois le regard de l'une d'elles. Elle crut percevoir ce qu'elle prit pour un éclair de jalousie, mais qui pouvait bien être jalouse de son sort, quel qu'il puisse être ? Elle remarqua ensuite un sourire, et se dit qu'elle s'était trompée, que ce n'était que de la jubilation, pour celles qui n'allaient pas recevoir la punition qu'elle subirait.

Le garde s'arrêta, la poussant légèrement en avant, et elle posa les yeux sur les chaussures de la femme, son visage toujours dirigé vers le sol, et ses longs cheveux le masquant à peine.

Pourquoi ? Qu'ai-je fait ? Qu'est-ce qu'elle va me faire ? Oh, je suis désolée, je suis désolée, désolée, désolée, je ne voulait pas...

La jeune fille était complètement paniquée, tremblant de tous ses membres, attendant que celle qui l'avait fait venir prenne la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Où suis-je ? Laissez-moi sortir, je vous en prie !... [PV Luna Sanchez]   Ven 9 Déc - 19:52

Être vendeur était une tâche difficile et j'en avais conscience, mais celui-ci d'une manière ou d'une autre avait quelque chose qui ne me plaisait pas. Certes oui, il devait être capable de s'adapté à tous les caractères de ses clients pour réussir à vendre, mais j'avais l'impression qu'il ne daignait pas faire l'effort pour moi. Peux être avait-il une mauvaise journée, mais j'estimais avoir le droit à un bon service, ce à quoi je n'avais pas jusqu'à maintenant. Seule dans le couloir et à quelques mètres de la porte, j'attendais avec une envie pressante de partir d'ici désormais. L'idée de posséder une Neko n'était plus aussi solide dans ma tête. Mes jambes prirent le chemin de la porte et lentement mes yeux observèrent par la petite fenêtre les gens. J'espérais qu'elle ne soit pas déjà debout, dans le cas contraire j'aurais le sentiment d'avoir déranger réellement pour rien. Mais... il la maltraitait? Je reculais de plusieurs pas, tournant les talons pour commencer à faire les cents pas. Il osait la serrer alors que je disais être intéressée à faire l'achat de cette esclave? Il avait commis une erreur. À partir de se moment, le temps semblait ralentir, comme animer de mauvaise intension. Un bruit de coincement et je me tournais. La Neko s'approchait et s'arrêtait a quelques pas seulement de moi. Mais, je ne lui portait pas attention. Pas pour le moment.

-J'estime avoir un minimum de respect et en brutalisant ce que je suis venu acheter, vous me manquez de respect à moi. Dis-je en ayant une voie plus haute que je ne l'avais eu jusqu'à maintenant. Aucun respect! Laisser moi deux minutes et je vous dirais si je la prends ou non.

L'homme semblait légèrement surprit de voir le petit bout de femme que j'étais osé lever la voie sur lui. Son regard témoigna de sa surprise et aussi d'une pointe de méchanceté. La seule raison qui l’empêcha de répliquer dû être le protocole qui avait promit de suivre en travaillant ici. Il partit donc, sans protestation dans la pièce d'où venait la Neko. Je pris une bonne respiration, trouvant que je m'étais laissé emporter un peux trop, même si à quelque part c'était justifié. Je ne voulais pas prendre la défense de la Neko, je tenais seulement à mes investissements. Elle, un investissement? Il semblerait que oui, parce dès le premier moment ou je l'avais vu poser la main sur elle, j'avais eu un drôle de sentiment. Une sorte de jalousie maladive qui refaisait surface. Cette maladie de vouloir les plus belle chose et être la seule à pouvoir y poser les mains. D'ailleurs, il fallait que je la touche. Ainsi, mon corps pivota et ma main prit une des mèches de cheveux de la Neko pour la porter à mon visage. Elle avait une bonne odeur, donc elle avait un minimum d'hygiène.

-Ton nom, ton âge et sais-tu les bases des mathématiques?

Le dernier point m'était désormais facultatif. Elle pouvait me répondre non, je ne la voulais plus comme une ''assistante'', mais comme un véritable animal de compagnie. Pourvoir me montré avec elle et pouvoir me dire que, j'étais la seule à pouvoir poser mes mains sur elle et à faire d'elle, ce que je voulais. Je relâchais ses cheveux et tout en laissant la graviter faire son effets, je posais ma main sur son épaule, la touchant lorsque ses cheveux s’immobilisèrent. Ma main descendait dans son, suivant la forme de ses os, malgré qu'elle ne semblait pas trop maigre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Où suis-je ? Laissez-moi sortir, je vous en prie !... [PV Luna Sanchez]   Mer 14 Déc - 9:46

Maya eut un sursaut de frayeur lorsqu'elle entendit la femme élever la voix. Elle eut le réflexe de se baisser, les oreilles plaquées, les mains sur la tête, au cas où celle-ci aurait voulu la frapper. Elle remarqua ensuite que c'était le garde qui avait reculé, et qui finalement sortait de la pièce. Elle se sentit bête, ainsi accroupie devant cette femme, qui semblait pourtant si terrifiante. Elle se releva donc lentement, ses oreilles de neko s'agitant sur sa tête. Sa longue queue rose, elle restait en revanche parfaitement immobile, recourbée dans son dos.

Elle lui a crié dessus, et il n'a pas réagi... Qui est-elle ? Elle est plus importante que les gardes ? C'est une... Une maîtresse ?

Elle osait à peine y croire. Cela faisait des mois que personne n'était venu dans cette espèce de prison, même uniquement pour regarder la "marchandise", alors pour emporter l'un des pensionnaires...

Mais elle, cette femme, qui venait de l'extérieur, qui l'avait observée à travers la grille, qui avait posé son regard sur elle, se trouvait maintenant ici, l'avait demandée ELLE, une pauvre neko faible et chétive, et était certainement en train de l'observer, de la juger... Elle se sentait dans un état lamentable, indigne de figurer sur la liste des animaux bons à acheter.

Maya ne réagit pas lorsqu'elle sentit des doigts caresser et soulever doucement une mèche de ses longs cheveux roses. Ses oreilles de chat s'agitèrent en entendant une nouvelle fois la voix de l'humaine, qui lui posait une question. Elle répondit tout doucement, ses mots rendus audible uniquement par le silence étonnant qui baignait la pièce.

- M-Maya... J'ai 17 ans, et je... J'ai le niveau en mathématiques nécessaire pour entrer en université...

La neko savait ne pas s'avancer en disant cela, mais peut-être la maîtresse ne l'entendrait pas de cette oreille et la trouverait bien arrogante. Elle espérait silencieusement que ce ne soit pas le cas, et qu'aujourd'hui soit son dernier jour dans cet enfer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Où suis-je ? Laissez-moi sortir, je vous en prie !... [PV Luna Sanchez]   Ven 13 Jan - 16:37

Ma main continuait son périple le long de sa colonne vertébral et s'arrêta aux limites acceptables de la moralité. Bien qu'elle ne soit qu'une Neko, une sous race bonne qu'à être gouverné et que cette sous race est tué son père, elle se sentait dans l'obligation de lui devoir un certain respect. Mes doigts remontèrent lentement et je pus sentir ses omoplates. Elle était certes très minces, mais pas au point ou l'on pourrait voir les os coller à la peau. Je fis le tour et je remarquais que sa poitrine était plus grosse que je ne l'aurais cru jusqu'ici. Preuve ici aussi qu'elle n'était pas anorexique.

-À l'université? Dis-je sans réfléchir.

Mes mots avaient glissés et je n'avais pas su réfléchir à quelque chose de mieux. Peux-être était-ce mon côté vendeuse qui ressortait. Mon père m'avait montré quelques trucs que lui-même avait apprit pour vendre et celui de répéter quelques chose, mais sur un ton différent faisait toute une différente. Quelques chose qui pouvait être ''très couteux'' pouvait devenir simplement ''couteux''. Mon père avait toujours été fière de me dire qu'une fois il avait réussit à vendre quelque chose et que le client lui avait dit qu'à se prix là, il devait perdre de l'argent. Et à cette agréable penser, un sourire naquit aux commissures de mes lèvres.

-Je... D'accord. Alors j'ai une question pour toi si tu es si bonne en mathématique. C'est quelques chose de relativement facile si tu est rendu au niveau que tu le prêtent. Trois hommes vont dans un motel et quand ils se présentent à l'entré, le propriétaire n'est pas présent. Le concierge leur dit que c'est 30euro pour les trois. Donc, 10euro par hommes. Donc, les hommes payent et vont dans leurs chambre. Un peux plus tard, le propriétaire arrive et le concierge lui dit que trois hommes sont venu et qu'il ont payés. L'homme est surprit et dit que c'est trop couteux. Ainsi, il redonne 5euro au concierge qui doit aller voir les hommes et leurs donner. Il part donc les voir et en chemin il se dit que 5euro divisé par 3, sa ne se fait pas facilement, alors, il décide de garder 2euro pour s'acheter un coca. Il frappe à la porte et donne l'argent au hommes et repart. Si on refait le calcule. 3euro fois 10 égale 30euro. Mais, si on prends les nouveau tarif des hommes, soit 9euro, sa fait 9euro fois 3 égale 27euro plus le 2euro du concierge qui égale ici 29euro. Ou es l'euro manquant?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Où suis-je ? Laissez-moi sortir, je vous en prie !... [PV Luna Sanchez]   Dim 22 Jan - 22:21

Maya ferma les yeux en sentant la main de l'humaine glisser le long de son dos. Non pas qu'elle craignait qu'elle ne la frappe, mais elle ressentait tout de même cette peur mêlée à sa timidité naturelle, qui faisait qu'elle n'osait pas bouger d'un pouce. Seules ses oreilles de chat continuaient de s'agiter au sommet de son crâne.

Elle sursauta lorsque la femme se remit à parler, levant les yeux vers elle par réflexe, elle croisa le regard bleu de l'humaine. Elle rougit violemment l'espace d'un instant et détourna la tête, une mèche de ses cheveux venant se placer naturellement entre ses yeux et la femme. Si elle ne la voyait plus, même si ce n'était pas réciproque, elle se sentait un peu rassurée.

Elle lui posait une question, une énigme... Maya écouta attentivement, intéressée. Elle aimait bien les énigmes, mais n'en avait jamais entendu beaucoup...

Où est l'euro manquant...

Il s'agissait plus de logique que de mathématiques, à vrai dire, mais si on n'était bon ni dans l'un, ni dans l'autre, on risquait d'avoir des problèmes, c'était sur...
Après une courte minute de réflexion, Maya éleva doucement sa jolie voix.

- Hum... A vrai dire, le dernier calcul est faux... Les hommes ont payé en tout 30 €, moins les 5€ que l'on devrait leur rendre, ce qui fait 25€. Sur ces 5 €, il y a les 3 € que le concierge leur rend réellement, et les 2 € qu'il garde pour lui. Cela donne donc 25 + 3 + 2 = 30.

C'était facile, en réalité. Maya écarta de ses yeux la mèche de cheveux pour observer la réaction de la femme, se permettant même de lui adresser un léger sourire timide...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Où suis-je ? Laissez-moi sortir, je vous en prie !... [PV Luna Sanchez]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Où suis-je ? Laissez-moi sortir, je vous en prie !... [PV Luna Sanchez]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Laissez-nous sortir !
» Eh je suis là c'est moi Suo vous me chercher ? [en cour]
» OCTAHL ϟ J'suis tout à fait sain, j'vous jure !
» Je ne suis pas un modèle détrompez-vous. +Vitaly
» [A.C]Personne ne vous entendra crier Liriel,Luna,Deril,Saphy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You are my master ! :: Première Partie : La paperasse. :: Les archives-
Sauter vers: