Incarnez un(e) Humain(e) et faites-vous servir par un(e) Neko !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tu étais là autant que moi. [Ichigo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alyséa
Neko Rebelle
Neko Rebelle
avatar

Messages : 268
Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 25
Localisation : Entre les cuisses d'Akihiko.

MessageSujet: Tu étais là autant que moi. [Ichigo]   Ven 1 Juil - 22:23

Tu sais Alyséa, tu es comme les autres. Tu t'en est quelque peu douté mais au fond de toi tu refuses de l'admettre. Selon toi les autres sont insignifiants, ne servent à rien et ne savent pas quoi faire de leur vie. Contrairement à toi, évidemment. Personne n'a jamais su pourquoi les gens et toi c'était si explosif. Surtout avec les humains. Les nekos, tu leurs parlaient bien facilement, tu n'avais pas besoin de faire attention à ce que tu disais. Tu pouvais autant parler de sexe que de parler du soucis à trouver à manger ou des vêtements. Mais tu n'avais pas vraiment le soucis de ça puisque de temps à autres, tu te faisais entretenir et lustrer par divers hommes que tu connaissais à peine. Tu l'as finalement prise, cette habitude à te faire prendre comme si tu n'étais qu'un objet. Mais bon, tu aimes bien ça. Et la plupart des gens que tu vois sont des habitués. D'ailleurs tu n'as jamais lâché ce téléphone que le monsieur t'avais offert. Il t'appelais parfois et te demandais si ça allait. Parfois, il demandait tes services (et ne parlons pas desquels). Tu t'étais levé, comme tous les jours ou presque, de ton miteux matelas dans ta miteuse maisonnette et ton miteux quartier. A se demander comment tu faisais pour vivre dans un pareil trou à rat mais apparemment tu avais autant l'habitude que de déféquer derrière une benne à ordures. Bah quoi ? Vous ne pensez tout de même pas qu'il avait les toilettes et l'eau courante, hein ? La seule eau qu'il avait chez lui était un long mais assez large filet qui coulait de son robinet plein de moisissure. Tu la buvais régulièrement malgré cette chose contenant des bactéries. C'est dégueulasse, mais tu la bois. Et tu peux dire merci à cet homme qui protège justement cet arrivée d'eau, qui te paye quelques médicaments et désinfectants. Un nécessaire de pharmacie tous les deux mois. Tu le remerciais à ta façon, le câlinais, l'aimais à ta façon. Mais jamais tu n'as pensé l'aimer. Et au fond c'était mieux pour toi puisqu'il était humain. Tu ne voyais pas ta vie avec un humain, ne la verrait sans doute jamais. Mais tu ne peux pas contrer le destin, au pire. Au fait, tu sais pourquoi tu t'es dirigé vers le parc ? Ce parc où il y a une source d'eau potable ? Pour manger. Les poubelles sont souvent bien garnies des restes des pique-niques. L'eau, tu remplissais une bouteille de deux ou un litre et demi que tu trouvais également dans les sachets poubelles. Que pouvais-tu faire d'autre ? Tu serais mort depuis longtemps si tu buvais seulement ce filet d'eau sale. Mais tu as quand même la chance, la mini chance d'avoir un chez toi et j'espère que ça tu t'en rends compte Alyséa. Parce que ce n'est pas donné à tout le monde. Mais vagabonder dans le parc, ça oui c'était donné à toutes les personnes de cette ville. Et après avoir fait ton tour tu vagabondais. Comme à ton habitude. Tu ne voulais pas rentrer directement. La plupart du temps tu restais dehors de toutes façons alors une minute de plus ou une minute de moins, où était la différence ? L'eau n'allait pas stagner, juste chauffer à cause de cette chaleur étouffante. Et tu savais qu'au Japon il faisait plus chaud qu'ailleurs. Alors tu t'asseyais au bord de l'eau, la regardais avec les pieds plongés dedans pour les refroidir. Parce que tu le méritais bien. Tes chaussures usées sur le coté, tu commençais à t'allonger, somnolant. Mais tu te retenais. Tu ne devais pas t'endormir comme ça, à découvert. Le risque de te faire attraper était bien trop grand. Même si tu savais que tu allais t'enfuir en un rien de temps, tu ne voulais pas faire l'effort, évidemment.
Alyséa... tu étais tellement perdu dans tes pensées que tu ne savais même pas que tu étais accompagné. Pauvre de toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ichigo
i'm a free neko ♥
i'm a free neko ♥
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 23
Localisation : Ailleurs.

MessageSujet: Re: Tu étais là autant que moi. [Ichigo]   Sam 2 Juil - 11:20

J'ai faim. J'ai toujours faim. Il me faut quelque chose à manger. D'ailleurs, quelle heure est-il ? Sûrement assez tard, ou du moins la matinée était finie depuis un petit moment. Avec des douleurs dans le dos et dans les bras, j'arrivais à peine à me lever. Je devais faire un effort, mon ventre le réclamait. Après m'être levée, je m'étirais. Hum, quelle belle journée ! Il allait encore faire chaud. Je pris soin de m'habiller assez légèrement. Ah oui, je vis dans un petit entrepôt collé à une pizzeria miteuse. Cette pizzeria ne devrait pas tarder à être fermée, vu le peu de gens qui y viennent. En même temps il suffit de voir l'état de la bouffe pour comprendre que c'était répugnant de manger ici. Qui sait ce qu'on pourrait attraper comme maladie en mangeant des anchois sur une pizza avariée comme celles qu'ils "vendaient" (ou devrais-je dire "donnaient", personne n'achetait de ces horreurs). Bref, dans ce petit entrepôt, je vivais tranquille. Alors certes, il faisait sombre, y'avait des insectes... Autant dire que c'était un appartement insalubre. Mais ça me convenait. Mes fringues traînaient à terre comme de simples loques que j'avais jetés en tous sens. Bah, personne ne viendrait ici, donc personne ne verrait. J'étais assez désorganisée, c'en était navrant... C'est ça la vie d'une neko libre, tout est propice à un combat quotidien pour survivre. Le miroir était sale, mais même avec sa saleté, je vis tout de suite que j'avais une sale tête. Mince, c'était pas pratique pour aller quémander de la nourriture. Les gens me connaissaient plutôt bien, j'étais la "petite neko toute mignonne du quartier qui ressemblait à un chat de gouttière". Un peu long à mon goût, mais il faut s'en accommoder si on veut être reconnue. Bien sûr, tout le monde ne me voyait pas comme une gentille neko. Certaines me voyaient plus comme un... parasite. Je ne faisais rien de mal pourtant. Ou presque. C'est vrai, je l'avoue, de temps en temps je volais un porte-monnaie ou quelques bijoux. À force de jouer des tours et des piéger des gens, j'étais devenue une véritable as du pickpocket. Ça me rendait plutôt fière, surtout que les flics n'arrivaient jamais à m'attraper. C'était très drôle de fuir la police comme on fuit la peste. En parlant de peste, il fallait que je fasse quelque chose pour mes cheveux. Allez, je les boucle un peu, puis de me rajouter du mascara (volé) avant de mettre une barrette dans mes cheveux (volée aussi) pour les tenir un peu mieux. Voilà, j'étais fin prête.
Je me dirigeais presque automatiquement vers le parc. C'était l'endroit le plus prêt de mon chez-moi, et il y avait des tas de petits stands ambulants qui seraient ravis de me nourrir. Ou s'ils ne le veulent pas, qui seraient ravis de se faire voler ! Voyons, voyons... Le plat du jour était... La glace~ ! C'était parfait, non seulement j'allais manger, mais par cette chaleur j'allais aussi pouvoir en profiter. Tout sourire, je me rapprochais du marchand de glace. Il me dévisageait de haut en bas puis me sourit d'une manière étrange. Dégueu... On devinait tout de suite à quoi il pensait, peut-être l'effet du débardeur blanc et de la mini-jupe que je portais. En lui faisant les yeux doux, je lui donnais le coup fatal. Il roucoula et me demanda d'une voix mielleuse "Quel parfum ?". Ma réponse fut presque immédiate.

« Fraise. »

Il me sourit de nouveau et me tendit mon cône. Je le pris, je le remerciai et m'en allai en trottinant. Apparemment il semblait un peu choqué que je ne lui donne rien en retour, néanmoins il ne me courait pas après, c'était plutôt bien pour moi. Il croyait quand même pas que j'avais de l'argent pour lui ? Stupide humain. J'allais m'asseoir au petit point d'eau qu'il y avait tout en léchant ma glace. Je n'avais pas remarqué qu'il y avait quelqu'un. Je fis un sursaut, puis je vis qu'il dormait. C'était quoi cet accoutrement ? On dirait un clochard. Ses chaussures étaient dans un piteux état. Sa vie devait être rude. C'est ce que je me disais. Je restai silencieuse, l'oeil attentif vers ce curieux personnage.

............................................



Incline-toi devant ton maître!
Nyaaaaan~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neko-master.bbactif.com
Alyséa
Neko Rebelle
Neko Rebelle
avatar

Messages : 268
Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 25
Localisation : Entre les cuisses d'Akihiko.

MessageSujet: Re: Tu étais là autant que moi. [Ichigo]   Sam 2 Juil - 20:20

Tu t'étais finalement endormi. Légèrement mais assez pour ne plus percevoir de bruits ni rien d'autre autour de toi. Tu étais dans une position décontractée, les bras derrière ta tête et les jambes croisées. Tu te sentais chez toi, tu étais chez toi d'une certaine façon. Ce parc n'appartenait à personne autour de toi et tu t'en réjouissait énormément. Tout ce qui est libre, tu aimes Alyséa. D'où la manière dont tu t'aimes parce que tu es presque entièrement libre. Mais bon, que tu le sois ou non, le narcissisme, tu l'aurai toujours eu. Ah... on te supporte tant bien que mal, hein. Tu sais, pendant que tu dormais, tu rêvais. Tu devrais t'en souvenir. Ce n'était pas un mauvais rêve. Tu rêvais - comme souvent - de nourriture. Et au lieu de trottiner tout autour de toi, elle volait, t'appelait. Mais tu ne pouvais pas les atteindre, ne pouvais pas les croquer. Et la chaleur te faisais t'agiter plus qu'à cause de ton rêve qui devenais un peu à peu un cauchemar. Et tu te réveillais en te redressant d'un seul coup, regardant le vide devant toi, t'approchant même de l'eau pour débarbouiller ta figure. Tu ne remarquais la présence de la demoiselle qu'après, en sentant l'odeur de fraise qui venait de sa glace. Voilà donc l'origine du rêve stupide. Tu n'en revenais pas, restais les sourcils rehaussés. Tes iris restaient littéralement bloqués sur la crème glacée en train de fondre et de dégouliner lentement sur sa propriétaire. D'ailleurs, qui était-elle ? Tu ne l'as regardait même pas pour le moment... Seul la nourriture t'intéressais. Mais tu détournais assez vite le regard. Mais pas sur la demoiselle. Tu regardais un écureuil en train de grignoter son gland. A croire que la bouffe te poursuivais ! Mais bon, tu n'y prêtais pas trop attention et remontais les yeux sur la fille. Parce que tu avais vu à ses doigts fins que c'était une femelle et non un mâle. Tu avais aussi senti que ce n'était pas une humaine. Son odeur corporelle était semblable à la tienne. Mais généralement tu n'aimais pas les filles, donc tu fronçais un peu le nez en haussant légèrement les épaules. Elle avait l'air un peu différente. En tout cas, tu savais qu'elle n'était pas docile à sa coiffure immonde. A moins qu'elle ne se coiffe avec un aspirateur. De nouveau, tes épaules s'haussaient, par automatisme.

- Es-tu venue pour me faire jalouser de ta glace ?

Toujours assez froid, n'est-ce pas. Tes sourcils, cette fois, se froncèrent un peu alors que tu détournais la tête pour la snober. Tu n'allais pas te laisser faire de cette façon. Même si tu tirais peut-être des conclusions hâtives, comme tu faisais d'habitude. Elle n'était sûrement pas là pour te rendre jaloux. Mais tout tournais autour de toi, évidemment.

- Ca ne marche pas ce genre de manœuvre. Et surtout pas sur moi.

Tu étais toujours aussi aimable. Tu venais juste de la remballer avant qu'elle n'ouvre la bouche pour se justifier. Tu te prendrais peut-être une gifle, vu comme tu agissais. Tu ne parlais pas aux dames comme on devait le faire. Avec un minimum de politesse. Mais puisqu'elle était neko, tu pensais qu'elle était ton égale. Mais les femelles ne sont pas comme les mâles. Elles prennent plus vite mal ce que l'ont dis. Tu n'y est pour rien, tu le sais. Mais c'était pour cela qu'il fallait surveiller ses paroles. Sur ce, bon courage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ichigo
i'm a free neko ♥
i'm a free neko ♥
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 23
Localisation : Ailleurs.

MessageSujet: Re: Tu étais là autant que moi. [Ichigo]   Sam 2 Juil - 20:56

Ce gars venait de se réveiller brutalement. J'avais toujours un œil rivé sur lui, mais quand je le vis se redresser, je fis mine de ne pas m'en soucier et ne le regardais même pas. D'ailleurs je ne sentais pas son regard. Ou du moins, ce n'était pas moi qu'il regardait. J'avais envie de bouger, je m'étais peut-être un peu trop approchée de lui et je l'avais réveillé. Il n'a qu'à pas dormir dans un endroit pareil en même temps... Ce n'était pas non plus totalement de ma faute. J'étais tellement absorbée dans mes pensées que j'en oubliais ma glace. Son odeur me rappela à l'ordre et je continuais de la déguster, malgré le fait qu'elle commençait déjà à fondre sous ce soleil de plomb. J'avais même fait une tâche, heureusement pour moi, elle était tombée sur le sol. J'aurais eu l'air encore plus bête avec une tâche rose sur mon t-shirt blanc. Soudain il se mit à parler. Sa voix n'était d'ailleurs pas très accueillante. Dans le genre froid polaire je dirais. Je tournais la tête. Il croyait que j'avais que ça à faire de venir m'asseoir à côté de lui tout ça pour manger un glace ? Je haussai un sourcil, faisant mine de ne pas comprendre.

« Quoi ? »

Il semblait si déterminé que j'étais là uniquement pour le rendre jaloux. C'était à la limite du ridicule. Voilà maintenant que je le dévisageais complétement, avec un air hautain. Qu'est-ce qu'il avait à m'agresser comme ça alors qu'il ne me connaissait même pas ? Tout ça pour me sortir une idiotie pareille... Enfin bon, je pense que vu comment il était sappé, ça ne m'étonnait pas plus que ça. Il ne devait pas avoir d'argent, même pour s'acheter une malheureuse glace. J'étais donc dans le même bateau que lui si je puis dire. Neko, pauvre, complétement paumé. Mince, c'est vrai que j'avais manqué de tact. Sur le coup je commençais à regretter d'être venue, mais je me dis qu'avec la manière dont il me parlait, franchement, y'a pas de quoi culpabiliser pour lui. Il ne devait pas connaître grand chose à la vie, s'il n'était même pas capable de pouvoir s'acheter à manger. Ou alors c'était un saint, genre un neko qui voulait avoir une vie de vagabond tout en restant gentil, en ne faisant pas le mal ? Rien qu'à cette pensée, je grimaçai. C'était pas une vie, ça. On ne peut pas vivre en étant libre si on ne fait rien pour s'améliorer. S'il avait du mal à vivre un tant soit peu comme ça, autant qu'il retour faire le minou des humains. Je me retenais bien de lui dire que je n'avais nullement l'intention de me moquer de lui, mais je sentais que j'allais avoir un ton hargneux si je me mettais à lui parler. Sa manière désagréable de se prendre pour le centre du monde m'avait légèrement irritée. Je n'en restai cependant pas moins neutre, vu dans l'état qu'il se trouvait. C'était encore pire que moi et mon abominable mine du réveil. Ma glace coulait de nouveau sur mes doigts. Voilà, il m'avait dégoutée de la manger. Je n'étais pas rassasiée pourtant, loin de là. Je suis un estomac sur pattes, et il me faut plus que quelques léchouilles de glace pour me combler. Je ne pouvais pas la jeter pourtant. Et je suis sûre que même si j'aurais voulu la lui donner, il m'aurait (toujours avec son ton désagréable) envoyée balader. Sur ce je la regardais couler sans dire un mot. Bon sang, ce qu'il faisait chaud. Je tournai la tête en direction du neko. Je m'apprêtai à ouvrir la bouche, mais je me retins. J'étais pas douée pour m'excuser. Et ce n'était pas à moi de m'excuser ! Non mais, n'importe quoi. C'est lui qui me parle mal, qui me demande limite de partir, et ça serait à moi de m'excuser ? Heureusement que je n'avais rien dit. Le parc est là pour tout le monde. Tout de même, je sentais que ma présence le rebutait, et lui aussi il me déstabilisait. Je ne voulais même plus manger, quel comble.

« Si je te dérange, je peux aller ailleurs. »

Ou alors c'était à lui d'aller ailleurs... J'avais parlé d'un ton monotone, le plus neutre possible, comme si je me fichais de son avis ou de ce qu'il allait répondre. Je n'avais pas envie de me prendre la tête pour l'instant. Tout ce que je voulais, moi, c'était passer un bon moment en dégustant ma glace. Même si là, j'en voulais plus... Mon regard se posa sur la boule qui fondait et je soupirai. Heureusement que je ne l'avais pas payée, ça aurait été un gâchis. J'aurais préféré rester là, l'eau me semblait si paisible, elle me détendait. Si cette boule de nerfs serait restée endormie, j'aurais pu la finir ma glace, en contemplant l'eau qui dansait devant mes yeux. Je commençai à sentir sa réponse arriver.

............................................



Incline-toi devant ton maître!
Nyaaaaan~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neko-master.bbactif.com
Alyséa
Neko Rebelle
Neko Rebelle
avatar

Messages : 268
Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 25
Localisation : Entre les cuisses d'Akihiko.

MessageSujet: Re: Tu étais là autant que moi. [Ichigo]   Dim 3 Juil - 11:58

« Quoi ? »

Pour qui se prenait-elle avec son quoi ? A qui croyait-elle parler en utilisant ce mot aussi vulgaire ? A l'école, on apprenait aux enfants à dire "pardon ?" pour faire répéter la phrase de quelqu'un. Le pire c'est qu'elle faisait comme si elle comprenait pas et ça te rendait d'autant plus irritable. Mais tu te retenais. C'était une fille après tout et tu avais des principes. Ne jamais frapper les filles. Même si elle le méritait, tu ne devais pas faire de bavures. Après tout tu étais un homme bien, tu n'avais pas besoin de taper une fille. Et c'était hors de question. De plus, celle devant toi n'avait pas véritablement fait quelque chose de mal. Elle était juste un peu trop hautaine et sûre d'elle. Tu ne la considérais pas comme l'un des tiens finalement. Après tout, les femelles, tu ne les as jamais véritablement aimées. Trop chiante et exigeante, tu n'as jamais réussi à en contenter une. Pas dans le sens où tu sortais avec une d'elle. Non. Tu es gay et tu n'as jamais voulu tester les femmes. Elles n'ont pas les formes où il faut selon toi. Qui a besoin d'une poitrine ? Tout doit être dans le slip, enfin ! Tout le monde sait ça. Sauf les femmes. Les femmes elles sont plates entre les jambes, rembourrées au niveau de la poitrine. C'est tellement mieux l'inverse, n'est-ce pas. Enfin bref, sa glace continuait de fondre et tu lui en voulait de la faire fondre de cette façon. En te penchant, tu léchais le léger filet rose, grimaçant ensuite. De la fraise. Tu n'avais jamais trop aimé la glace à la fraise. Tu préférais le goût doux et simple de la vanille. La vanille - comme toutes les glaces - fond dans la bouche, le goût s'accroche au palais et tu n'as plus envie de le lâcher. Quel est le nombre de fois où tu ne voulais pas que cette glace se finisse ? Mais tu n'avais pas le choix, tu la finissais bien vite sans le vouloir. Ca t'énervais aussi facilement qu'on titillais ta queue. Mais cette fille, là, elle ne la finissait pas. Comme si elle avait perdu l'envie de la manger. Dans le pire des cas, tu la dégusterais à sa place.

« Si je te dérange, je peux aller ailleurs. »

Tu ne savais pas quoi répondre à ça. Ou du moins pas pour le moment. Tu étais coupé entre le oui sincère et le non je m'en foutiste. Parce qu'en effet, tu t'en fichais pas mal. Elle pouvait rester comme elle pouvait s'en aller, cela t'étais totalement égal. Ce qui t'importais plus, c'était la glace qui coulait, coulait le long de ses doigts. Mais tu regardais plus son visage cette fois, comme intéressé par elle au final. Mais ce n'était qu'une illusion.

- Tu fais ce que tu veux. Ca ne peux pas me déranger dans la mesure où je ne suis pas chez moi.

Tes épaules se haussèrent par automatisme, toujours en la fixant. Bon, bon. Elle ne devait pas être mauvaise cette fille. Elle n'avait pas le visage d'une femme qu'on méprise. Mais elle était peut-être blasée de ton attitude. Et si elle avait eu cette glace, ce n'était pas en ayant offert ses services comme tu l'aurais fais. En fait, elle était sûrement appréciée dans le quartier. La preuve, on ne l'avait pas pourchassée pour cette glace. Enfin, elle faisait du gâchis pour le moment. Ca ne s'arrêtait pas de couler et tu bavais autant intérieurement qu'extérieurement. Ta bouche commençait en effet à saliver.

- Sinon, tu comptes la finir ou... ?

Et tu disais ça tout en t'approchant d'elle. Ta langue était presque sortie de ta bouche et tes yeux brillaient. Ca se voyait que tu voulais la manger à sa place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ichigo
i'm a free neko ♥
i'm a free neko ♥
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 23
Localisation : Ailleurs.

MessageSujet: Re: Tu étais là autant que moi. [Ichigo]   Dim 3 Juil - 12:40

Voyons, voyons. Allait-il me répondre avec son caractère violent et me dire de dégager rapidement, ou est-ce que j'allais pouvoir apprécier ma journée qui venait de commencer ? D'ailleurs je n'avais encore rien fait. Preuve de ma fainéantise légendaire. C'est triste à dire, j'aimerais bien faire quelque chose de ma vie moi. Quoique travailler ce n'était pas mon fort. Mais au moins avoir un endroit où traîner, ou des personnes à aller voir. Les gens que je connaissais n'étaient que de simples connaissances, je ne m'en souciais pas plus que ça, et puis je n'avais pas envie de les connaître. Ce que je pouvais être difficile parfois. Je pense que je vais finir ma vie seule finalement, tout comme elle a commencé. Toujours toute seule... sauf à ce moment-là, où j'étais encore docile, bien avant que je devienne ce que j'étais aujourd'hui. À cette pensée, j'en oubliais où je me trouvais et ce liquide glacé qui me coulait entre les doigts. Je revoyais le visage de mon maître, et ma queue, comme pour me rappeler à l'ordre, se mit à bouger. Le son de la clochette me fit retourner au monde réel. Et c'est à ce moment là que le neko qui me tenait compagnie (si je peux dire ça comme ça) se mit à lécher ma glace. Mes yeux s'écarquillèrent. Je rêve ou il venait de se servir comme si de rien n'était ? Bah, je ne lui en voulait pas après tout, c'est juste que ça m'étonnait de sa part, lui qui semblait tellement rebuté par ma présence. Je le vis grimacer. Ça y est, sa vraie nature refaisait surface. Je suis sûre qu'il pensait un truc du genre "ta glace est dégueu". Ça se voyait comme le nez au milieu du visage. Enfin bref, j'attendais sa réponse. Je fus déstabilisée par sa manière de me regarder. C'était bien la première fois qu'il me regardait. Il m'avait juste lancé un regard pas très attentif. J'avais une tête si horrible ou quoi ?

- Tu fais ce que tu veux. Ca ne peux pas me déranger dans la mesure où je ne suis pas chez moi.

Il haussa les épaules. Super, il ne me demandait pas de partir, mais il n'avait pas l'air d'apprécier un tant soit peu ma présence ici. Qu'est-ce que je devrais faire ? J'étais bien là où j'étais, avec l'eau et dans un petit coin d'ombre. C'était plutôt bien, j'avais vraiment pas envie de bouger et d'aller en plein soleil. Autant dire que j'étais entrée en phase d'un conflit avec moi-même. Que faire, que faire... La tâche aurait été plus facile s'il m'avait donné une réponse claire, dans le genre "barre-toi". En fait, je n'imaginais pas du tout une autre réponse. Là, il m'avait donné le choix de... choisir, justement. C'était agaçant, moi qui n'avait vécu que par mes propres choix jusqu'à aujourd'hui, me voilà en train de me demander ce que je devais faire. Eh puis zut ! J'étais bien trop bien ici, alors je décidais de rester. C'est pas pour autant qu'il allait devoir me supporter. J'avais pas l'intention de parler avec lui, vu à quel point il était distant avec moi. J'avais cessé de le regarder, mais je jetai tout de même un œil rapide dans sa direction. Qu'est-ce que...? Pourquoi il bavait ? Je baissai mes yeux et vit la glace. C'était donc ça... Il me demanda si je comptais la finir. Je soupirais.

« Non. Tu la veux ? »

Ma question était stupide, je voyais bien qu'il en crevait d'envie. Pourtant il n'avait pas eu l'air d'apprécier en la goûtant la première fois. Le pauvre, il devait vraiment avoir faim. Je sais que ce n'est pas en lui refilant une glace toute fondue que j'obtiendrais quelque chose, comme le droit de rester là où j'étais. Mais bon, je préférais la lui donner plutôt que d'avoir à la jeter. Ça m'aurait un peu de peine d'ailleurs.

............................................



Incline-toi devant ton maître!
Nyaaaaan~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neko-master.bbactif.com
Alyséa
Neko Rebelle
Neko Rebelle
avatar

Messages : 268
Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 25
Localisation : Entre les cuisses d'Akihiko.

MessageSujet: Re: Tu étais là autant que moi. [Ichigo]   Lun 4 Juil - 19:09

Tu la regardais se creuser la tête sur ce qu'elle allait faire. Tu pensais bien qu'elle était en train de peser le pour et le contre pour rester avec toi. Quoique si elle était venue ici, ce n'était pas pour être avec l'un de ses semblables. Tu te disais que c'était plus pour être dans un coin ombragé, pour ne pas que le soleil la tape. Puis il y avait l'eau juste en face. C'était sûrement pour se rafraichir dès qu'elle en avait besoin, c'était évident. Mais tu ne voyais pas l'intérêt avec cette glace qu'elle tenait. Ca ne la rafraichissait pas assez peut-être ? Certainement. Mais quand même, il y avait une multitude d'endroits ombragés près du lac. Cette fille, cette neko, là, elle pouvait très bien aller ailleurs. Mais elle te donnais l'impression de ne pas vouloir, comme si elle s'était trouvé un coin donc ça lui allait. Mais intérieurement tu ronchonnais. Tu étais arrivé avant elle, tu pouvais très bien la virer mais tu n'en avais pas envie. Cette flemme monumentale de la virer, quitte à t'énerver, était là et te rongeais. Mais ce n'est pas comme si c'était quelque chose de lourd pour toi mais bon, la flemme n'est pas quelque chose de plaisant pour toi. Tu n'avais pas besoin de cette flemme, tu la repoussais souvent et lourdement lorsque tu devais bosser mais là... ce n'était pas un de tes clients devant toi et auquel cas tu n'aurais pas voulu le virer de ton espace, bien au contraire. Il t'aurait donné de l'argent, si c'était pas beau ça. Enfin tu bavais toujours sur cette glace et ne la lâchais pas des yeux. Elle devait te trouver bizarre en fait.

« Non. Tu la veux ? »

Question certes stupide mais mortellement polie. Alyséa, tu hésitais quand même un peu. Après tout, peut-être qu'elle avait fichu des insectes dedans au dernier moment dès qu'elle a vu que tu étais autant intéressé. Et cela même alors que tu n'aimais pas le parfum. Mais bon, tant que tu pouvais te refroidir, tu pouvais dire oui rien que pour croquer un glaçon et t'éclater les dents. Mais bon, ça va que tu es maso mais pas à ce point. Doucement, tu lui piquais le cornet, le prenant dans tes mains.

- Merci ♥

Tu léchais goulument la glace en évitant de grimacer. Tu n'avais jamais su pourquoi tu n'aimais pas le gout de la fraise. La vanille c'était un peu comme un Dieu. Tu ne voyais pas plus loin, ne désirais qu'elle ou presque concernant le sucré. Quoique tu aimais aussi beaucoup la chantilly. Tu te damnerais encore plus pour de la chantilly que pour de la vanille. C'est si gouteux ! Tu te souvenais en ce moment même de lorsque tu volais quelques gâteaux dans les pâtisseries ! Tout le temps celles avec de la chantilly et jamais de gros gâteaux. Les petits, c'était bien les meilleurs selon toi et tu les dégustais si volontiers... hm.. Mais bref, tu finissais bien vite la boule et croquais le cornet distraitement.

- T'es du coin ?

Il n'était pas tôt et bientôt ton boulot allait commencer. Donc en attendant, faire la conversation, tu trouvais ça pas mal. C'était mieux que de vagabonder en tout cas, ou même d'attendre dans ta miteuse maison. Tu faisais avec les moyens du bord et si cette fille faisait partie de la catégorie "distraction", tu devais t'en servir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ichigo
i'm a free neko ♥
i'm a free neko ♥
avatar

Messages : 69
Date d'inscription : 28/03/2011
Age : 23
Localisation : Ailleurs.

MessageSujet: Re: Tu étais là autant que moi. [Ichigo]   Mar 5 Juil - 16:21

Finalement il l'avait prise cette glace. Il m'avait même remerciée, un mot que je n'aurais pas cru entendre sortir de sa bouche. Tout de même, je ne vois pas pourquoi il allait se forcer à la manger, même s'il crevait de faim. Et puis, il avait confiance de manger après moi ? Moi je ne mange pas des trucs que je n'aime pas ou qui viennent d'un inconnu, c'est une règle de base pourtant. Enfin... Il ne me l'avait pas arraché des mains non plus. Je le regardais manger, il avait l'air de contenir son dégoût, ça se voyait qu'il n'aimait pas la fraise, mais il se forçait quand même. Et s'il connaissait mon nom, je suis sûre que ça le ferait rire. J'enlevai mes chaussures et me levai pour aller tremper mes pieds dans l'eau, elle était fraîche, donc ça faisait du bien. Naturellement je n'aimais pas l'eau, je ne savais donc pas nager. Mais l'eau était peu profonde ici, c'est ça que j'aimais bien. Je me mis à plonger mes mains dans l'eau et à me mettre le visage dedans. Cette chaleur me tuait malgré la zone d'ombre où j'étais. À force de jouer dans l'eau, forcément, je me fis remarquer. Des regards se posaient sur moi. Pourtant aucun panneau ne disait qu'il était interdit d'aller dans l'eau. Ah, quoiqu'en fait, je n'avais pas regardé avant. Et en plus, j'étais une neko, si je me faisais pincer, ça allait être galère pour m'en sortir. Je me résignais donc à sortir avant d'attirer encore plus l'attention.

En parlant d'attirer l'attention, j'avais maintenant mon t-shirt et ma jupe trempés. Ah, j'avais pas l'air maligne comme ça. Je me sentis d'autant plus honteuse que mon débardeur était blanc, et qu'il allait donc laisser apparaître mon corps. et j'avais surtout pas envie qu'on le remarque. J'aurais mieux fait de porter un maillot de bain en dessous de mes vêtements, mais j'en avais pas. À quoi pourrait bien me servir un maillot de bain alors que je n'aime pas l'eau ? C'est là que je me rendis compte des idioties que je pouvais faire, et je soupirai naturellement en me voyant mouillée. Il ne me restait plus qu'à aller défier le soleil pour sécher plus vite. Ah, triste monde~.
Oups, j'avais presque oublié la présence du neko quand il se mit à me parler. Il avait terminé de manger, et maintenant il voulait me parler. Bon, je ne suis pas particulièrement bavarde, mais je n'en reste pas moins assez polie. On m'a enseigné les bonnes manières dans le temps où j'étais une neko docile.

« Du coin, hum, oui, si on peut dire. J'habite pas très loin en effet. »

Je me demandais qui pourrait bien venir dans ce parc ? À part les personnes vivant alentour, je ne crois pas que des touristes viendraient s'amuser à venir ici. Bon il n'était pas si horrible ce parc. Il était normal on va dire. Mais ce n'était pas un parc d'exception, rien de bien intéressant à voir ou à y faire. D'ailleurs, que faisait-il là, lui ? Je ne l'avais jamais vu, même si je ne faisais pas particulièrement attention aux autres nekos. Ça ne m'intéressait pas tellement d'avoir des amis. La confiance, l'amitié, tout ça, j'y crois pas. Je ne compte que sur moi-même, et c'est ce qui fait que je suis là aujourd'hui.

« Je ne t'ai jamais vu auparavant. Qu'est-ce que tu fais dans la vie ? »

Au moment où j'avais demandé ça, je le regrettais. En fait, j'avais pas tellement envie d'entendre sa réponse. Qui sait ce qu'il pourrait me répondre ? Je réfléchis en baissant la tête.

« Si tu ne veux pas m'en parler, c'est pas grave. »

J'avais peur d'avoir touché un point sensible ou je ne sais quoi d'autre. Peut-être sa vie n'était pas très bonne à entendre. Je chiffonnais nerveusement mon t-shirt mouillé en essayant de le faire aérer pour qu'il sèche, bien que je sais pas si ça marche comme ça.

............................................



Incline-toi devant ton maître!
Nyaaaaan~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neko-master.bbactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tu étais là autant que moi. [Ichigo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tu étais là autant que moi. [Ichigo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvelle vie [PV : Ichigo]
» J'étais pourtant persuadée de déjà l'avoir fait...
» Ichigo Jaganshi
» Ce que j'étais hier, je le serai demain. 05/10 - 9h17
» Ichigo[Solitaire]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You are my master ! :: Première Partie : La paperasse. :: Les archives-
Sauter vers: