Incarnez un(e) Humain(e) et faites-vous servir par un(e) Neko !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sans titre [PV Kenichi] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Sans titre [PV Kenichi] [Terminé]   Ven 27 Jan - 5:06

Cela semblait faire une éternité qu'il n'avait pas sentit la chaleur d'un doux foyer. Depuis qu'il était revenu entre ses murs froids et glaciales, il avait espéré que la prochaine personne qui franchirait le seuil de cette endroit au condition inhumaine vienne pour le libérer. Ça devenait insoutenable de ne plus pouvoir sentir la chaleur du soleil caresser sa peau qui se blanchissait à chaque jour, privé de sa lumière. Seul les rayons de soleil qu'il pouvait percevoir provenait du verre des fenêtres qui lui rendait un aperçut de son désire le plus ardent à cette instant. L'envie de sortir se faisait alors plus pressante. Il se retrouvait en cage tel un prisonnier alors qu'il n'avait commis aucun crime. Tout ça lui semblait ridicule. Il se voyait bien être à la place du vendeur pour saluer de manière grotesque les gens qui passaient la porte de cet établissement. Comme ça devait être amusant de diriger cette endroit. À le voir, il devait trouver là un bon divertissement. Ou du moins, c'est l'impression qu'il donnait, toujours à sourire comme un idiot à chaque client qui entrait. Il ne pouvait s'empêcher d'afficher un sourire narquois chaque fois qu'il le revoyait faire ses courbettes. Même en étant inférieur à ces créatures bipèdes, il ne se voyait pas faire ce genre de chose. Se plier en quatre pour eux, il l'avait déjà fait et ne comptait plus le refaire. Sa dernière maîtresse lui avait fait goûter à une vie de confort, il n'aspirait plus rien si ce n'est que de regoûter à nouveau à ce confort. Agir pour son bon vouloir, voilà ce qui le guiderait à présent.

D'un pas trainant, il se dirigea vers ce qui semblait être son lit. Il s'y coucha sur le dos puis déposa sa main derrière sa tête pour lui servir de taie d'oreiller. Il ferma les yeux un instant, ne voyant à présent que des ombres prendre le dessus sur la lumière. Ne rien faire de toute la journée avait quelque chose d'épuisant, même si s'était elle n'était pas encore terminé, il devait se reposer de toute cette inactivité. Plusieurs pensés se poussèrent et s'entassèrent dans son esprit. Plusieurs d'entre elles différaient de jour en jour, se remémorant les événements de sa journée, d'autres revenaient encore et encore comme un souvenir perpétuel. Ce souvenir s'était les barreaux de fer glacial qui obstruait son chemin vers la sortit. Il était si proche de cette porte menant à la liberté et à la fois si loin. C'était si frustrant d'avoir une vue sur la porte d'entré de là où il était. Il avait la sensation d'être de cette espèce canine qui se faisait bouger un os sous le museau sans pouvoir l'acquérir. Il avait beau tenter de se défaire de ce ressentiment inutile, il n'y arrivait pas. Si encore il ne pouvait la voir, cette porte menant hors de ses murs. Il n'était pourtant pas si près d'elle, plusieurs autres cage se trouvaient avant la sienne. Garder les yeux fermés et penser à autre chose, voilà comment il arrivait à sortir de ce tourment, mais ça ne durait qu'un temps. Dès qu'il ouvrait les yeux de nouveau, ses yeux avaient pris l'habitude de dévisager ce portail.

Encore une fois, il finit par ouvrir les yeux et les porta machinalement vers la porte. Il faisait toujours jour et cette homme aux allures mesquins était toujours à l'avant de l'animalerie à... travailler? Ce qu'il faisait paraissait être les cents pas, ne sachant que faire et attendant l'arriver d'un nouveau client. Il n'était pas le seul à attendre la porte s'ouvrir, plusieurs nekos s'impatientaient, d'autres plus âgés avaient tout bonnement laissés tomber, tout comme lui. "À quoi bon attendre un fantôme?" C'était ce que lui avait dit son vieil ami, autrefois, alors qu'il venait de découvrir sa condition qui l'empêchait de vivre aux côtés de son frère et de ses parents. En s'offrant la vue du vendeur, il remarqua une petite araignée aux longues pattes blanchâtre glisser le long de son toile jusqu'à lui. Plutôt que de mettre fin à sa vie comme il avait l'habitude de faire avec toutes les créatures qui pensaient pouvoir partager sa cage, il lui offrit appuie sur la paume de sa main. Il se distrayait ensuite de ses allé et venu sur ses doigts, en passant d'une main à l'autre. C'était probablement les seules êtres vivant qui daignait lui rendre visite. Du moins, c'est ce qu'il pensait. Après tout, les humains se gardaient bien de passer outre sa cage en suivant les directives du vendeur. Il avait la sensation d'avoir le mot "danger" écrit sur son front. Finalement, la porte s'ouvrit, laissant entré un jeune homme ce qui permit au vendeur de cesser de se tourner les pousses et se mettre au boulot. Quel genre de salutations faisait-il à nouveau ? Delsian ne pu s'empêcher d'afficher ce même sourire qu'il avait l'habitude de prendre dans ce genre de situation.

Plutôt que de suivre du regard le nouveau client comme les jeunes neko, il préféra porter son attention sur cette petite créature aux huit pattes. Elle avait de la chance, elle était libre d'aller où bon lui semble. Même s'il lui fallait braver les dangers d'un monde immense, elle arrivait à profiter du soleil et de sa chaleur. Pourquoi lui fallait-il qu'elle viennent dans une cage aussi dénudé de lumière que la sienne? Il y avait tellement d'endroit mieux que celle-ci. Les araignées préféraient de loin l'obscurité, elles étaient si différentes des autres créatures. Même ainsi, elle lui semblait fascinante. Il continuait de lui faire parcourir sa main tout en songeant à tout ce qu'il pourrait faire s'il était comme elle. Avec huit pattes, il n'aurait aucun mal à plier les barreaux. En pouvant produire ses propres toiles, il pourrait se faire un nid plus douillet et empêcher cet homme lassant de raconter des stupidités à son sujet en le ficelant comme de la volaille. Un autre sourire lui vain, plus mesquin. Quel douce pensé de voir cet homme en si mauvaise posture. Il entendait le vendeur et le client discuter, ce qu'ils disaient, il n'y porta pas attention. Pour le moment, l'araignée lui offrait un moment de distraction qui le suffisait amplement. Il laisserait le plaisir aux jeunes neko de jouer de leurs air enchanteur pour l'amadouer et continuerait de jouer avec l'arachnide aux longues pattes.


Dernière édition par Delsian le Sam 4 Fév - 5:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans titre [PV Kenichi] [Terminé]   Sam 28 Jan - 11:37

Spoiler:
 


Je cours encore et encore, après lui. Il me laisse seul, pourquoi? Je pleure, je cours plus vite pour lui attrapé la main, mais rien à faire, il m'échappe. Je n'en peux plus, je tombe à genoux. Et pleure encore plus. Pourquoi? Pourquoi, m'a-t-il fait ça? Pourquoi m'a-t-il laissé? J'ai mal, affreusement mal.

Les draps froid et humide, de la sueur qui coule en grand nombre sur un visage barré de douleur et de frayeur. Un cri et la personne couchée se relève, le visage toujours barrée par la frayeur. Il le faisait souvent depuis quelques temps maintenant. Il posa son regard sur son réveil digital présent sur sa table de chevet. Il est tôt ,trop tôt. Pour une fois qu'il est en congé, et qu'il peut se reposer. Mais non, c'est trop beau, il faut que l'on en empêche et que ce rêve revient encore et encore. Juste pour le narguer, juste pour lui dire, qu'il n'oubliait pas, même si il le voulait.

Les heures passent et le sommeil ne vient plus, il reste inerte et amorphe couché dans son lit à fixer le plafond bleu nuit. A soupirer, toute les dix minutes. Fixant son réveil toute les vingt secondes. Il somnole un peu mais n'arrive jamais à s'endormir profondément. Sursautant à chaque mouvement ou jeu d'ombre. Il déprime un peu à regarder son plafond, laissant couler le long de ces joues des larmes. Qui ont le goût d'amertume. Ce sentiment ne l'avait plus pris depuis deux ans maintenant, essayant à tout prix de l'oublier. De faire comme s'il n'avait jamais exister. Comme si il n'avait jamais fait sourire sa triste vie. Il se décide et se redresse tel un pantin désarticuler. Sans vraiment l'envie de se lever pour commencer la journée. Il est resté trop longtemps allongé sans bouger. Il grimace en s'étirant, une crampe s'est logée dans son mollet gauche et lui fait souffrir le martyre. Il pousse les couvertures et pose ces pieds sur le sol froid, le faisant frisonner. Il regrette déjà d'avoir sorti des couvertures. Il se lève sans conviction et se dirige vers la salle de bain en boitant. Se disant surement qu'une bonne douche, effacerai cette nuit douloureuse et son mollet endolorit par cette crampe. Il rentre dans la salle de bain, envoie valser son sous-vêtement dans un coin . Il pose son pied dans le bac froid et grimace encore une fois. Il n'aime pas vraiment le froid. Il ouvre en vitesse l'eau chaude et se prélasse tranquillement, même si l'eau lui brûle la peau. Il se lave et reste encore un moment sous ce jet d'eau brûlant. Puis il se décide enfin à sortir, la peau rougie par l'eau. Il attrape de manière négligée une serviette et se sèche rapidement, le froid pénétrant déjà sa peau. Il s'habite comme d'habitude, quand il ne travaille pas. Il enfile un sous vêtement propre, un jeans simple, légèrement délavé, un t-shirt rouge et son éternelle veste à capuche. Il soupire encore, il ne fait que cela depuis le matin. C'est avec une petite mine qui part vers la cuisine et se fait un café frappé. Son café avalé, il tourne en rond, dans son salon. Puis il a un élan de génie, allez flemmarder en ville. Pourquoi pas? Il attrape donc son éternelle veste verte, enfile ces baskets et sort de son chez lui.

Il passe plus de deux heures à flemmarder dans les rues , sans but. Son esprit vagabonde dans les nuages, il fait tout pour l'oublier. C'est dur, et ne veut pas noyer son chagrin dans autre chose. Si peut être dans le boulot. Comme d'habitude, son patron lui a imposer une semaine de congé, car il allait par se tuer au travail. Et il ne veut pas perdre son meilleur élément. Il préfère le perdre une semaine que toujours. Il lui a même conseiller de prendre un hybride pour être moins seul et pour alléger ces journées. C'est sur cette pensée que ces pas le porte jusqu'à la porte de l'animalerie.

Il soupire en passant la porte, il n'avait pas prévu ça pour le moment mais pourquoi pas allez poser un regard pour voir. Il jette un regard noir au vendeur qui fait une courbette en lui disant bonjour d'une voix mielleuse. Il grimace quand celui -ci s'avance.

-Puis-je vous conseiller? Vous êtes débutant dans la matière d'hybride?
-Tsss
-Je me répête, j'en suis désolé.
-Je n'ai pas besoin de votre aide, je n'ai pas encore dit que je vous prendrai un hybride comme vous dites. Si vous voulez bien me laissez faire un tour, cela serait gentil.

Il fait un pas en avant, puis un autre, et ce petit vendeur tout rond lui suit comme son ombre. Je soupire et ferme les yeux un instant, se retenant à lui coller une droite dans la tête. Il s'arrête et fixe une cage, juste pour tester ce petit vendeur. Il offre une caresse à l'hybride enfermé dans cette cellule et lu fait un petit sourire tendre.

-Si vous êtes débutant, je ne vous le conseille pas. C'est un jeune neko, il est encore turbulent. Si vous voulez, je peux vous montrez quelques hybrides calme et posé. Qui ferait cependant tout ce que vous voudrez.

Il soupire de nouveau et se retourne vers le vendeur et lui lance de nouveau un regard noir, en triturant ces lunettes. Il se retient de lui dire ces quatre vérités. Il prend une grande inspiration et ouvre la bouche.

-Veuillez s'il vous plaît me foutre la paix. Je n'en peux plus, alors allez posez vos fesses derrière votre bureau et laissez moi visiter à mon aise.

Il le laisse là, et recommence à avancer entre les cages. Son regard est attiré par une cage un peu reculée dans un coin. Un hybride s'y trouve comme dans les autres, mais celui ci est différent. Il ne prête pas attention au client, trop attiré par quelque chose dans sa main. Il s'avance et se penche pour voir ce qu'il tient dans ces mains. C'est une petite araignée, il a un sourire tendre, il est semblable à lui. Il faisait ça aussi, préférant les mettre à l'extérieur que de les tuer. Il soupire et chasse son image de sa tête.

-J'avais un ami qui disait toujours que les araignées du matin, voulait dire chagrin et celle du soir attirait l'espoir.

Il en avait parler, il en avait besoin, ou semblait dans le besoin d'en parler. Il s'accroupit et fixe l'hybride qui n'a même pas encore posé son regard sur lui. Préférant le petit animal courant sur ces doigts. Il soupire quand il entend les pas du vendeur.

-Je ne vous le conseille pas, Monsieur, il n'est pas très coopératif et préfère flemmarder que de travailler.

Il ne lui accorde même pas un regard, lui aussi attiré par la petite bête. Il ferme les yeux et ôte ces lunettes pour se frotter l'arête du nez. Il est passablement énervé, en manque de sommeil et il commence à avoir faim.

-Je ne vous ai pas sonner, veuillez arrêter de me faire chier, je vous prie.

Toujours poli, il ne se montre que rarement vulgaire quand il est fortement énervé. Il oublie et repose son regard sur l'hybride.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans titre [PV Kenichi] [Terminé]   Sam 28 Jan - 20:14

Spoiler:
 

Pendant que l'araignée continuait de déambuler sur ses doigts, quelque chose d'inattendu se produisit. Alors qu'il y avait tant d'autres nekos désireux de se trouver un maître, les yeux de cet humain s'était porté sur lui. Ce qu'il lui dit ensuite piqua sa curiosité et du quitté son arachnide du regard pour se poser sur l'humain. Il s'agissait d'un jeune homme, à peine plus âgé que lui. Ses lunettes lui donnait l'air d'être malin et ses yeux nuancé de bleu et de violet étaient captivant. Il percevait dans son expression de l'irritation face au vendeur. La façon qu'il lui répondait amusait grandement le jeune félin. Ce n'était pas tout les jours que ce vieux vendeur bedonnant était repoussé de la sorte. Il ne pu s'empêcher d'afficher son éternel sourire narquois en poignardant le vendeur du regard. Lorsque celui-ci révéla au jeune homme que le jeune félin qu'il est n'était pas très coopératif et flemmard, il eu un regard mauvais. L'envie de lui répondre avec une réplique cinglante se faisait durement présente, mais ne le fit pas, l'humain l'avait très bien fait à sa place en le prenant de vitesse. Un air satisfait apparut alors sur son visage alors qu'il voyait l'air insulté du vendeur et laissa s'échapper un petit rire mesquin.

Il déposa ensuite un regard plus intéressé à cet humain devant sa cage. Il avait quelque chose qui lui plaisait, peut-être était-ce tout simplement du à sa façon de réprimander le vieil homme de la boutique. Peut-être daignerait-il le libérer de sa prison s'il se montrait plus sociable. D'une voix sans prétention, il lui répondit en prenant soins de s'adresser à lui poliment, comme on le lui avait enseigné.

- " Vous aimez les araignées ? "

Sur ses mots, il avait tendu sa main où se trouvait la créature à huit patte vers les barreaux. Il n'avait pas bougé de son lit, alors sa main n'était pas encore suffisamment proche pour seulement frôler les barres de fer. Il appréhendait un recule de la par de l'humain, comme un réflexe. Il savait que la plupart d'entre eux répugnaient cette espèce, comme si elle était atteinte de la peste ou d'une maladie mortel. Un léger regard vers le vendeur, il remarqua que celui-ci affichait un air de dégoût accompagnée d'un soupçon de colère. Était-ce sont araignée qui le rendait irritable ? Pour son air de dégoût, il voulait bien le croire, mais pour l'autre non. Cela était probablement du à cette homme qui l'avait repoussé. Del' sourit à nouveau. Ce vendeur avait beau ne rien avoir d'amicale, il avait le dont de le faire sourire, même s'il n'avait rien de compatissant. Toujours un sourire narquois pour souligner les agissements saugrenus du vieil homme.

Le félin récupéra son araignée près de lui qui s'assit sur place en prenant soin de ne pas perdre la bestioles qui commençait à éprouver de la nervosité. De cette angle, les choses différaient grandement. L'homme se retrouvait dès lors à la verticale et il avait l'air d'autant plus intéressant. À première vue, il ne semblait pas être de ceux qui s'encombre d'une foule de gens. Quelques collègues de travail pour prendre la place d'ami semblait lui suffire. En présumant ce fait, Del songea qu'il ne désirerait probablement pas s'encombrer de quelqu'un comme lui, ou du moins, quelqu'un comme l'avait signaler le vendeur. Quoi qu'il n'était pas loin de la vérité de la manière qu'il parlait de lui. Delsian se retrouva alors désireux de mettre un nom sur le visage de l'humain. Lui trouver des noms en songes était une perte de temps, il pouvait le lui dire sans avoir à s'épuiser les neurones. Il le questionna donc sur ce sujet toujours en restant aussi polie qu'il le pu.

- " Quel est votre nom ? "

C'était quelque peu étrange de parler de cette façon, lui qui avait l'habitude de tutoyer tous ceux qui s'adressait à lui sans faire de différence. À voir le vendeur, il semblait presque étonné de le voir parler ainsi. Son air d'ahurit ne manqua pas de l'amuser, mais tenta tout de même de garder un air sérieux pour ne pas encourager l'humain de se retourner et découvrir la tête que ce faisait cet homme. L'étique avait probablement quelque chose d'étonnant lorsqu'il en faisait usage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans titre [PV Kenichi] [Terminé]   Dim 29 Jan - 17:34

Spoiler:
 

Il se pince l'arrêt du nez, ce petit vendeur, l'ennuie vraiment. Il remet sa paire de lunette sur son nez .Il le suit comme un petit chien après son maître. Et ça le fait râler, il préfère que l'on le laisse tranquille. Mais il est bien décidé à le coller jusqu'au temps qu'il sorte. Il soupire et fixe de nouveau l'hybride qui affiche un petit sourire et qui a vivement suivit d'un petit rire mesquin. Il a l'air d'apprécier que ce vendeur soit remit à sa place. Le regard de l'hybride qui était jusqu'à ici posé soit sur l'araignée soit sur ce fichu petit homme vint enfin si poser sur lui. Il fit un petit sourire même si il avait l'impression que son regard le brûlait. Il avait l'habitude d'être regarder mais son regard était différent.

- " Vous aimez les araignées ? "

Il le fixe avec des grands yeux, il ne s'attendait pas qu'il parle et encore moins qu'il lui pose une question. Il le regarde tendre la main avec le petit être à huit pattes entre les doigts. Il ne recule cependant pas, il fronce juste les sourcils, son humeur balançant entre l'agacement ou la colère dut au vendeur qui surveille ces moindres faits et gestes mais aussi un peu de dégoût. Il n'aime pas trop les araignées mais bon. Il tend cependant la main vers cette main, passant sans crainte réel ses doigts à travers ces barreaux,entre les barreaux froids. Il grimace quand le dos de sa main touche le froid du métal.

-Je n'ai rien contre ces petites bêtes mais je n'aime pas trop les prendre en main.

Il fait un faible sourire après sa phrase, il détaille cet être prisonnier, il ne parle pas beaucoup. Restant fixer sur ces yeux si attirant, si différent. Il ne sait pas quitter ces yeux du regard. Il secoue doucement la tête et passe doucement la main dans ces cheveux . Il laisse pourtant son autre main entre les barreaux, oubliant le vendeur derrière lui se balancer de gauche à droite.

- " Quel est votre nom ? "

Il sursaute ne s'attendant pas encore une fois, qu'il parle. Il frotte encore ces cheveux et répond doucement

-Je m'appelle Kenichi et t..vous?

Il ne savait pas s'il devait tutoyer ou le vouvoyer. Il se tourne un instant vers le vendeur, lui lance un regard noir. Puis ouvre la bouche

-Je pourrais avoir la clé de cette fichue cage, je ne peux pas le détailler correctement. Et si vous voulez avoir une vente bougez vous!

Le vendeur lui donne la clé en râlant. Il ouvre doucement la porte de cette prison de métal. Faisant un petit sourire . Rien à faire, il n'aime pas parler en étant séparer par quelque chose. Il soupire et se lève attendant que le neko sorte de sa prison. Il entend encore une fois le vendeur soupirer et parler dans sa barbe. Kenichi se retourne donc vers lui et fronce les sourcils et ôte pour la seconde fois ces lunettes , il tend sa main vers le neko qui est à présent sorti et lui donne ces lunettes. Puis attrape le vendeur par le col. Et le fixe.

-Je te prierai de poser ton cul sur sa fichue chaise et d'arrêter de me faire royalement chier sinon c'est toi qui va finir enfermé dans une de ces cages. Bien compris?

Le vendeur hoche vivement la tête, se dégage et repart derrière son bureau et n'y bouge plus d'un poil. Le jeune homme soupire et se retourne vers le chat.

-Je suis désolé, il me tape sur le système depuis le début. Alors, ça fait du bien de se dégourdir les jambes?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans titre [PV Kenichi] [Terminé]   Lun 30 Jan - 6:14

Spoiler:
 

La réaction de l'humain face à son araignée l'avait quelque peu déçut contrairement à celui du vendeur, mais l'expression qu'il avait alors affiché était amusante à ses yeux. Un soupçon de dégoût mêlé à de l'agacement. Un mélange plutôt inusité compte tenu que chacun d'eux était du à une situation différente. Le félin affichait toujours ce même sourire amusé au coin des lèvres. Suite à ses paroles, e client devant sa cage semblait étonner de l'entendre parler, il n'était pourtant pas muet. Il le trouva d'autant plus intriguant, sa façon d'agir et de s'adresser aux gens. Parmi ceux qu'il avait côtoyé, celui-ci semblait être un cas à part. Il avait perçut de l'hésitement dans sa voix entre faire comme lui, utiliser une marque de respect dans ses mots, ou bien de le tutoyer comme le faisait simplement le reste des humains. Devenir son neko lui donnait soudainement envie. Dans le futur, il aurait sans doute du plaisir à le voir agir ainsi et observer ses différentes réactions, quelques peu inusités, qu'il faisait. Il aimait entendre sa voix, elle avait quelque chose de chaleureux dans sa voix. Au point où il en était, tout ce qui ne ressemblait pas à la voix d'un vendeur dans cet animalerie lui semblait déjà plus amicale.

Il remarqua alors un sourire se dessiner sur les lèvres de ce prénommé Kenichi. Il eu donc pour réaction de répondre à ce sourire par un autre. Ce n'était peut-être pas le genre de sourire qu'il aurait préféré afficher dans cette situation, mais il s'en accommoda. Naturellement, il reçut une invitation pour dévoiler son nom également, ce qu'il fit, bien entendu. Inutile de dire des mots superflus, seul son nom suffirait à satisfaire sa curiosité.

- " Delsian. "

Ceci fait, le client prononça des mots d'espoir à son oreille. Il demanda au vieil homme de lui léguer l'objet qui allait pouvoir lui donner accès au portail de lumière. C'était une chance inespéré pour pouvoir enfin sortir. Sentir enfin la chaleur du soleil sur sa peau, il en rêvait depuis si longtemps. Alors que Kenichi déverrouillait la porte de sa cage, quelque chose de malicieux vint recouvrir l'expression de son visage alors qu'il jeta un oeil furtif à l'homme bedonnant. Sous le regard du vendeur, il se défit de son araignée grâce à son index et son pouce en la jetant comme un vulgaire projectile. Plus besoins de cette créature à présent qu'il avait trouvé mieux. Il n'eu pas besoins de se faire prier pour sortir de sa cage et respirer ce fil de liberté. À présent, il en fut pratiquement sur, à voir les visages des autres nekos envieux de son sort, il allait finalement sortir.

À peine avait-il mis le nez en dehors de sa sombre prison que le vieil homme avait déjà commencé à prononcer des paroles désobligeantes. Ces seules mots suffisaient à le rendre juste assez colérique pour le pousser à agir contre le vendeur, aux risques de le regretter par la suite. Encore une fois, cet humain intervenait à sa place. C'était plutôt inhabituel de voir un homme défendre un neko, du moins, c'est ce qu'il croyait qu'il faisait. Il n'avait jamais rien vu de tel et avait presque de la difficulté à le croire. cette humain était décidément unique en son genre. Il trouvait d'autant plus amusant de voir la réaction du vendeur face à la force de son client. Bien sur, il obéit, trop intimidé par le jeune homme pour oser le provoquer d'avantage. Un sourire satisfait apparut sur son visage alors qu'il le voyait rejoindre son bureau dans la seconde où il pu se défaire de lui.

Celui qui était sur le point de devenir son prochain maître se tourna ensuite vers lui. Il croisa son regard envoutant et ne pu détourné le regard par la suite. Il s'adressa à nouveau à lui, dans sa voix, on pouvait encore déceler les restes de sa colère qu'il avait passé sur le vendeur. Même avec ces restes, il semblait tout de même calme. Il lui répondit également d'une voix calme, oubliant la colère qu'avait provoqué le vieil homme en lui.

- " Bien sur. "

Encore une fois, il jugea bon de garder les mots qui seraient inutiles pour répondre à sa question. Il n'était pas pressé de retourner dans cette cage, s'il pouvait ne jamais y retourner, ce serait l'idéal. Face à ce songe, une question le démangeait. Il ne la garda pas longtemps au bout des lèvres, trop désireux d'en connaître la réponse.

- " Comptez-vous m'acheter aujourd'hui ? "

Delsian se retenu tout juste de continuer sa phrase en soulignant que de le faire sortir pour simplement lui dégourdir les jambes était inutile, si ce n'est que de lui ruiner l'espoir de sortir de cette endroit. S'il se révélait être un être abjecte, il serait ravis de le remettre en cage avec le sourire mesquin qu'il avait l'habitude de prendre face à l'homme qui dirigeait cette endroit. L'impatience battait à son plein alors qu'il attendait une réponse. D'autres mots se battirent dans son esprit, se ruants vers sa bouche pour seulement se faire entendre. Il n'eu pas le temps de réfléchir à la façon de sortir ses mots, il les dit tout simplement comme il le pensait. C'est d'un ton insistant qu'il usa de sa voix.

- " Inutile de perdre plus de temps dans cette endroit. "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans titre [PV Kenichi] [Terminé]   Mar 31 Jan - 1:06

Le vendeur lui tapait vraiment sur le système, il avait résister depuis le début, mais la colère montait de plus en plus. Il était du genre calme notre Ken' mais là, c'était de trop. Il voulait une conversation constructive et polie avec cet hybride mais à chaque fois qu'il finissait une phrase. Ce vendeur grassouillet devait toujours mettre son grain de sel dans toute la conversation. Il ne sus pas si il devait tutoyer ou vouvoyer le félin, alors il fit comme s'il travaillait. Il le vouvoya, pour lui cela ne faisait pas de différence entre humain ou hybride. Pour lui, les nekos étaient comme lui, des êtres humains. Et puis, on ne peut pas faire vraiment la différence quand sa première fut avec un neko. Mais passons cela. Il écoute avec attention le prénom de l'hybride et fait un petit sourire. Il se tourne donc vers ce vendeur et lui demande avec plus ou moins de force de lui céder la clé de la liberté.

Il ouvre donc la porte de cette prison qui n'était même pas dorer. Et tourne sa tête vers le vendeur qui dit encore une parole mal placée. Se fut de trop pour notre Ken' national qui ôta ces lunettes et les déposa doucement dans les mains du félin. Avant de prendre le vendeur grassouillet par le col et lui demander assez vulgairement d'aller poser ses fesses derrière son bureau et de ne plus les faire chier. Ce que fit le vendeur et cette fois ci sans râler. Ken' soupire et se calme plus ou moins. Puis s'excuse après de l'hybride, mais ne reprend cependant pas ces lunettes. Il n'en a pas vraiment besoin, c'est juste pour le fun qu'il les porte.

La colère s'entendait encore dans ces mots, mais il était sincère et depuis qu'il lui avait parler, il n'avait qu'une idée en tête. Faire de la vie d'un neko un petit moment de bonheur. Lui qui n'était pas spécialement pour en acquérir un. Il repartirait donc avec celui ci, si bien sur il le voulait. Souriant un moment à sa pensée et aux phrases du félin. Posant le temps de deux secondes son regard sur cette cage, trop petite pour vivre correctement. Il tourne un instant autour du neko.

-Je ne suis pas du genre à faire de faux espoirs. Si je n'avais pas l'envie de t'acquérir, je ne t'aurai pas fait sortir de cette misérable cage.

Il sourit doucement, posant un regard en coin sur le vendeur qui faisait une grimace. Puis sur ces petits nekos qui avaient l'air désespérés dans leurs cages. Il ne pouvait pas tous les prendre non plus.
Il attrape d'un geste simple le bras du neko, le tirant à sa suite. Tout aussi désireux que lui de sortir de cet enfer qu'était cette animalerie. En arrivant devant le comptoir, le vendeur se fait tout petit. N'ose même pas lui proposer une des ces marchandises qu'ils utilisent pour se faire obéir correctement. Il n'essaye même pas de placer une parole. Le regard de Kenichi, lui montrant bien que s'il le fait, il lui fait manger son comptoire en bois sale. Il ne lâche pas le bras du chat et signe vite fait les papiers nécessaire pour une adoption en règle et paye par carte son « achat » . Il soupire et avance vers la sortie.

-Voilà, c'est officiel, tu es libre.

Il lui sourit et lui lâche le bras. Puis se gratte l'arrière de la tête en rougissant un peu. Il s'était conduit comme s'il était encore là et si c'était lui. Il se devait de l'oublier, et de ne pas montrez ces sentiments, peut être que ce nouveau venu dans la famille, l'aidera beaucoup. Il sera moins seul et pourra parler au lieu de passer ces journées de congé devant la télé à regarder des emissions plus pourries les unes que les autres. Il plaça ces mains dans ces poches et fixe le vide dans réellement conviction.

-Désolé.

Il commence donc à marcher vers, il ne sait même pas lui même. Il soupire encore une fois et pose encore une fois son regard sur Delsian.

-Que veut tu faire? Je te montre ton nouveau chez toi?

A vrai dire, il ne savait pas trop quoi faire. Mélanger entre la nostalgie, le renouveau et la colère restante. Il se secoue la tête vivement et s'arrête un instant de marcher. Se tournant vers son neko, le fixant encore.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans titre [PV Kenichi] [Terminé]   Mar 31 Jan - 6:13

Spoiler:
 
Ce que lui dit cet humain le rassura. Ce n'était donc pas un de ces maîtres cruelles qui ne faisait qu'utiliser ses semblables comme s'il n'était que des outils ou des objets. L'idée d'avoir ce genre de maître le dégoutait. Entre la cage ou ça, il préférait encore sa prison. Au moins, il pouvait être tranquille même si les conditions était si peu approprié pour un être hybride. Delsian tourna la tête et jeta un oeil à ses semblables. À présent qu'il était certain de sortir, il ne pu afficher autre chose qu'un air satisfait. Il les regarda comme les autres félins l'avaient regardés lors de leurs sortit de l'animalerie. L'air de dire "enfin je peux laisser cette endroit derrière moi." L'idée de revoir leurs visages ne l'enchantait pas. Non parce qu'il n'appréciait pas leurs compagnie, ils avaient d'ailleurs été d'un certain réconfort puisqu'il n'était pas seul à être enfermé, mais plutôt qu'ils lui rappelaient cette endroit dénudé de chaleur. Il ce retourna ensuite vers l'humain en étirant ses lèvres pour former un sourire d'espoir.

L'humain au regard envoutant lui pris alors le bras il l'attira avec lui vers le devant de la boutique. Il avait dit vouloir partir rapidement, mais il n'aurait jamais cru que ça se ferait aussi vite. Il se laissa guider sans problème jusqu'au bureau du vendeur de la boutique. Il dévisageait alors l'homme avec mépris, cette homme qui n'avait jamais rien fait pour se faire apprécier de ses semblable, au contraire, il avait tout pour être détesté. Il voyait à présent cet homme de haut alors qu'il était assit sur son fauteur, protégé par le bois du meuble d'où il venait de sortir les papiers qui prouverait son achat. Il ne pu s'empêcher de lui jeter un regard narquois en le voyait ainsi hésiter à croiser le regard de son maître qui paraissait alors entreprenant et autoritaire devant son agacement face à l'homme de la boutique. Il était ravis à l'idée de ne plus revoir sa tête d'imbécile faire des courbettes à ses clients potentiels. Il voyait également le vendeur hésiter à lui proposer d'autre marchandise, il ne lui parla pas non plus des colliers qui étaient généralement donné au félin pour montrer qu'ils étaient adoptés et son nouveau maître oublia donc cet accessoire. Ce n'était surement pas Del qui allait lui faire penser, surtout à cette instant où il était si proche de la liberté.

Une fois les documents signés avec hâte, il le dirigea une fois de plus, cette fois ce fut la traversé du seuil de la boutique qu'ils firent ensemble. Le soleil n'était plus à ses débuts de journée, mais il était entre présent pour lui offrir la chaleur qu'il avait tant désiré. Il prit le temps de fermer les yeux. Il remarqua que la couleur sombre qu'il voyait habituellement en faisant se geste prenait une teinte différente. Face au soleil, l'obscurité se dissipait et virait du arrangé au rouge. C'était plaisant à voir et à ressentir, le soleil lui offrait tant de chaleur, c'était si réconfortant. Il ne pu s'empêcher de sourire, c'était si bon. En ouvrant les yeux, il trouva son maître différent, très différent. Il était loin de paraître aussi déterminé qu'à l'intérieur de la boutique. C'était étrange de le voir ainsi. Lui qui pensait avoir été acheté par un homme avec un caractère fort et passible, il s'était trompé. En y regardant ne plus près, une couleur chaude avait donné une nouvelle teinte à ses joues. Était-il timide ? Le félin avait du mal à le croire, ce devait être autre chose.

L'humain n'avait pas fini de le surprendre. Il venait de s'excuser, mais de quoi ? Il venait de le faire sortir de ses tourments, pourquoi prononce un tel mots. Se sentait-il coupable de l'avoir libérer ? Le félin espérait qu'il ne s'agisse pas de ça et se dit plutôt qu'il avait probablement mal compris et c'était mieux pour lui que de mettre le désordre dans sa tête. Il eu ensuite l'impression qu'il ne se préoccupait plus de lui, il avait commencé à marcher, mais pour aller où ? Peu importe, il lui fallait le suivre. Il arrangea sa vitesse à celui de son nouveau maître alors qu'il se plaça à ses côtés. Il ne pu s'empêcher de l'épier du regard, c'était impossible de regarder ailleurs, l'humain était si énigmatique. Il remarqua par la même occasion la différence de taille entre lui et le jeune homme, il était évidemment plus grand que lui. Il perçut un soupire de sa par et éveilla ses oreilles de félin pour mieux entendre ce qu'il allait dire.

Ce fut une douce mélodie à son oreille que de lui demander son avie. Il y avait tant de chose qu'il désirait faire, se gaver de laid, profiter du soleil, partir à la chasse, trouver un jeux qui l'occuperait pendant des heures, mais surtout, il était curieux au sujet de son maître. Quel genre d'homme il était ? Que faisait-il pour passer le temps ? Qu'est-ce qui le mettait dans un tel état ? Il venait de lui proposer de voir où il vivait, ce n'était pas de refus.

- " Pourquoi pas ? "

En premier lieu, il se demandait quel était cette endroit où il allait passer le reste de ces journées. Il du ensuite s'arrêter, suivant toujours son maître de près puis croisa à nouveau son regard. Qui avait-il dans ce regard? Il y avait quelque chose de triste comme une larme desséché. Il fronça les sourcils en affichant un air interrogateur.

- " Quelque chose ne vas pas ? "

Il venait d'avoir quelque chose d'insistant dans sa voix. C'était curieux, il avait l'impression qu'il allait lui dévoiler quelque chose, mais qu'il avait obstrué le passage à sa voix en posant sa question. Il fut très désireux de savoir ce qui provoquait une telle expression chez lui.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans titre [PV Kenichi] [Terminé]   Mer 1 Fév - 0:15

Ils étaient très vite sorti de cet enfer, Ken' s'était passablement énervé contre ce crétin qui voulait toujours se mêler de ces affaires. Il n'avait pas vraiment agit sur un coup de tête, quand il l'avait vu, il l'avait voulu. Non, ce n'est pas un caprice d'enfant gâté, il ne l'était pas. Il savait juste qu'il serait mieux avec lui que là bas. Vu comment ce fichu vendeur le valorisait. Dans deux jours, il l'aurait piqué comme un vulgaire animal. Hors pour lui, Del' n'avait rien d'un animal et le fait qu'il soit dans une cage n'était pas d'admissible. Cette cage semblait si petite, si froide. Il secoue la tête vivement, il n'ai pas de ces maîtres qui disent que les hybride ne sont pas des humains. Ils sont aussi humain qu'eux. Mais passons, il les frapperai si fort s'il les voyaient.

Il ne sait pas quoi faire, s'excusant de l'avoir trainé ainsi à l'extérieur de l'animalerie. Il avait donc mit ces mains dans ces poches et avait avancer en rougissant. Il allait avoir du mal, le pauvre. Il lui manquait, pas que Del' lui ressemblait. Mais son air si félin, le lui faisait penser fort à lui. Il savait que Del' le suivrait. Son félin se mit à sa hauteur, copiant sa vitesse de croisière. Notre Ken' s'arrêta sans prévenir et fronça légèrement les sourcils. Il était partagé entre la nostalgie, la colère et la bonne humeur. Il était heureux de ne plus être seul et de pouvoir faire un pas nouveau dans la vie. Il soupire et fixe Del' sans vraiment savoir comment le félin le prendrai. Lui demandant ce qu'il voulait faire. Le neko lui réponds et il recommence à marcher, marchant moins vite et souriant un peu. Même s'il est encore partagé.

Il sursaute à la voix de son neko, lui demandant si tout va bien. Il s'arrête de nouveau et le fixe.Il lève la main et la pose dans ces cheveux pour lui ébouriffer. Lui souriant même un peu plus. Ça lui fait plaisir que son félin s'inquiète pour lui. Il lui réponds simplement en laissant sa main dans ces cheveux. La différence de taille est pas si grande que cela, Del' est plus petit mais pas trop quand même.

-Tout va bien , ne t'inquiète pas. Je vais bien, je suis juste nostalgique.

Il retire sa main doucement et recommence à marcher à vitesse réduite. Fixant le vide, un moment puis se reprends. Il ne soupire pas, pas comme d'habitude, il est plus tout seul maintenant. Tournant à droite et montrant son bâtiment.

-On est bientôt arrivé.

Il hausse les épaules et attrape le bras de Del' en souriant comme un gamin, il le fixe et fait un sourire plus grand.

-On va jouer à un jeu, celui arrivé au bâtiment que je t'ai montrez, gagne une journée à faire ce qu'il veut! Ca te va?

Il commence à rigoler, il redevient un peu comme avant, il est toujours un peu gamin et se sent donc moins seul, et un peu plus heureux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sans titre [PV Kenichi] [Terminé]   Mer 1 Fév - 4:48

Le félin fut surpris de recevoir la main de son nouveau maître sur la tête tout en ébouriffant ses cheveux. Il avait haussé les épaules sur le coup et les avait baissé graduellement en s'accommodant de sa main. C'était il y a bien longtemps qu'il n'avait pas eu de marque d'affection, depuis son enfance où il était dans cette famille d'humain qui l'avait accueillis la première fois. C'était inhabituelle ce mouvement dans ses cheveux, mais il s'y habitua rapidement, ce n'était pas désagréable d'avoir un contact avec lui. Il y avait là quelque chose de chaleureux qui l'apaisait. Son maître lui répondit en disant qu'il était dans cette état d'après un sentiment de nostalgie. C'était donc ça ? Il se remémorait les souvenirs du passé, à le voir ce devait être de tristes souvenirs.

Après son explication, il retira sa main et repris sa marche. Naturellement, il le suivit à nouveau en suivant son rythme qui se faisait plus lent. Encore une fois il regarda l'homme à ses côtés puis détourna le regard devant lui pour voir où ils se dirigeaient. Il y avait plusieurs bâtiment en hauteur qui faisaient de l'ombre sur les deux jeunes gens alors qu'ils tournaient le coin d'une rue. C'était tranquille et le vent se faisait doux et aimant. Il regarda en hauteur pour voir la cime des arbres qui pouvaient dépasser les ombres des appartements et recevoir les rayons du soleil. Il observait le ciel tout en marchant, un ciel si lumineux, c'était si beau avec ces quelques nuages blanc qui ornaient la toile bleuté au dessus du monde. Son maître pointa alors un bâtiment et lui signala qu'ils ne tarderaient plus à retrouver la chaleur de son foyer. Il était impatient de découvrir le lieux où il passera le plus clair de ses journées.

Maintenant c'était le tour de son bras d'avoir un contact avec la main de son maître. Celui-ci le lui avait pris en lui affichant un sourire pour le moins étrange sur ce visage. Quel était donc ce sourire et de quel nature était-il ? Il voyait, dans ses yeux d'un bleu violacé, une idée. Il espérait simplement que ça n'en soit pas une qu'il désapprouverait ou regretterait par la suite. En voyant ses lèvres s'étirer davantage, il fut hésitant et incertain. Il recula quelque peu sa tête en prise à cette incertitude. Il lui propose alors un jeux, une activité qui l'encouragerait à courir. Lui qui ne s'était pas dégourdit les jambes de cette façon depuis un bon moment déjà, il se demandait si c'était une bonne idée. Il lui faudrait s'échauffer avant. Il entendit ensuite l'issus de la victoire, une journée où il pourrait faire ce qu'il voulait. Ses yeux commençaient à s'écarquiller. Une journée où il ne pourrait rien faire d'autre que son bon vouloir, c'était inespéré. Ça voulait dire vider le laid du frigo, vider l'argent des poches de son maître en faisant les boutiques pour se trouver de nouveaux vêtements, de pouvoir profiter du plein air et ces richesses sans avoir à faire quoique ce soit pour personne. Un sourire enjoué apparut soudainement sur son visage.

- " D'accord ! "

Del ne se fit pas prier pour prendre de l'avance. Au diable les échauffements, il allait avoir une journée de pure liberté. Il n'attendit pas le signal de départ, il avait foncé sur l'endroit qu'avait pointé Kenichi comme si sa vie en dépendait. Il était déterminé à l'atteindre avant lui. Il mettait toutes ses forces dans ses jambes pour accélérer. Il ne voulait pas perdre, il ne pouvait pas se permettre de perdre. Il n'avait pas songé une seule fois que cet humain avait pu lui mentir, il la voulait sa journée à lui. Il ne savait pas si son compétiteur était proche ou non, ni s'il allait finir par le dépasser. Il ne voulait pas perdre sa lancer en regardant derrière lui pour vérifier. Il ne décéléra pas non plus lorsqu'il fut proche d'atteindre la porte de la bâtisse. Se faire prendre de vitesse au dernier moment était hors de question. Pour prévenir le coup de l'impact, il mit simplement ses mains devant lui pour amortir le choc. Une fois la porte atteinte, il s'époumona.

- " Gagné ! "

Il ne retira pas les main de la porte d'entré, elle était devenue un point d'encrage qui lui permettait de rester debout et de reprendre son souffle. Son coeur palpitait de tous ses efforts et son souffle se faisait fort et bruyant. Il respirait rapidement en tendent de reprendre un rythme normal. Une fois qu'il eu reprit un semblant de respiration normal, il s'éloigna de la porte et se tourna vers son maître.

- " Alors ? J'ai ma journée ? "

C'était peut-être un peu tard pour s'assurer du prix de cette course, mais il voulait être sur. L'expression qu'il affichait était insistante même s'il tentait encore de rendre sa respiration normal. Il le prendrait très mal si ce prix s'avérait être un mensonge pour l'inciter à rentrer plus vite.

Spoiler:
 

Suite ICI.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sans titre [PV Kenichi] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sans titre [PV Kenichi] [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arthémis - le corps n'est rien sans l'âme [Terminé]
» Histoire sans titre x)
» sans titre fixe.
» Hazel ❀ sans titre, comme tous les chefs d'oeuvres ❀
» Sans Titre I [Lit-bre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You are my master ! :: Première Partie : La paperasse. :: Les archives-
Sauter vers: