Incarnez un(e) Humain(e) et faites-vous servir par un(e) Neko !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Emprisonnée... [PV Kai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gaòth
Neko Femelle
Neko Femelle
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 09/12/2011

MessageSujet: Emprisonnée... [PV Kai]   Sam 24 Déc - 13:08

La lune était toujours dans le ciel, bien que quelques rayons solaires commençait à percé, quand je reçu un coup de pied dans ma cuisse qui se trouvait proche des barreaux qui me tenaient prisonnière. Je grognai en reconnaissant la masse sombre du vendeur de l'animalerie, penché sur ma cage. Montrant les dents, je retins un flot d'insulte en me mordant la lèvre quand il nous réveilla un à un avec cette méthode brutale. Bien qu'habitué, j'avais des envies de meurtres à chaque fois qu'il décidait de passer ses nerfs sur moi.
J'entendis des gémissements, signe que les autres avaient droits à l'exact même coup de pied que j'avais subis. Mais qu'importe, j'étais persuadée qu'il s'était venger de moi pour avoir fait fuir un client de son magasin la veille.
Il distribua alors cette chose malodorante qu'il osait appeler repas, le balançant dans les mangoires dans la cage. Il fit très attention en servant mon auge, m'étant rapprocher des barreaux pour estimer l'heure, car même s'il savait qu'il me punirait et que cela lui ferait plaisir d'exprimer son sadisme, il préfèrait éviter d'être mordu. Quoique mes chaines, au niveau de mon cou, de mes poignets et de mes jambes me laissaient de moins en moins de mou au fur et a mesure que j'agressais trop les gens. Je commençais à peiné pour aller jusqu'à l'écuelle. Une seule mesure de sécurité avait été abandonnée face à moi, c'était la muselière qu'il savait que j'enlevais avec facilité. Et si j'avais toujours mes chaines s'était pour le prendre par surprise le jour ou je m'évaderai, car il croit que je n'arrives pas à les enlever. Pourtant, le système est trop simple pour me résister.
Mais je ne comprenais même pas pourquoi il s'évertuait toujours à me servir cet infame mélange alors que je ne mangeais qu'au bord de l'évanouissement, et encore. Sa devait être parce qu'il était stupide, comme chaques humains. Un sifflement dédaigneux sortit de mes lèvres, et j'eut droit à un regard noir.
Alors que je m'appuyais contre le côté de la cage, dans laquelle je ne pouvais pas me tenir debout, j'estimais que la boutique s'ouvrirait dans deux ou trois heures. Je décidai de somnoler durant cette période, pour être prête à remballer chaque client qui se présenterait, et puis afin de récupérer de ma courte nuit. Jusqu'à tard le soir, le vendeur m'avait laisser pieds, poings et museau liés, dans le froid de la neige d'hiver, avant de me fouetté jusqu'à mes limites. Je sentais ma peau à vif sous les guenilles qui me servent de vêtements, mais je retenais mes grimaces. Au moindre mouvement, toute ma colonne était élancée d'une douleur sans nom, que j'arrivais heureusement à comrpendre.
Le gérant ne me réveilla pas, je ne sais aps si s'était parce qu'il ne m'avait pas vu, s'il n'avait pas encore la motivation de bouger encore une fois son arrière train pou moi, ou si il avait peur de se refaire mordre.
Ainsi, mes yeux rouges se rouvrirent au moment ou des bruits de clés m'indiquèrent que le vendeur ouvrait sa boutique. Très vite, des humains entrèrent dans le magasin, détaillant tout les hybrides présents. Personne ne s'approchait de moi suffisament pour que je sente le besoin de me manifester, l'étiquette au-dessus de ma cage découragea un client trop intéresser. Se passa ainsi la matinée de façon que j'observais à démi-oeil les allers et retours de ces stupides bipèdes sans queues et oreilles, pensant être supérieur à nous, alors qu'ils ne sont rien.
Vers midi donc, les bruits de pas se firent moins pressants, peu d'humains étaient encore là, la plupart préfèrait aller manger ce qu'ils appellent le déjeuner, chose que n'ont apparement pas le droit d'avoir les hybrides, mangeant de la bouillasse matin et soir, après tous les inférieurs n'ont pas besoin de manger autant qu'eux -ainsi étaient mes pensées ironiques de la journée-. Un sourire sarcastique se dessina sur mon visage.
Mais celui-ci disparut très vite, quand j'entendis des brutis de pas se rapprocher. Un humain venait vers ma cage, isolée dans un coin. Un soupi de lassitude m'échappa, alors que mon cerveau réfléchissait à tout allure. Je ne sortirais jamais d'ici en grognant sur tout ce qui bouge. Mais je ne supporte pas ces bipèdes. Mes lèvres se retroussèrent légèrement, mais je tus un grognement. Après tout, malgré ma haine, j'étais étrangement curieuse de connaître la réaction des humains.
Mais bon, malgré mon soudain élan de curiosité, j'allait sans doute être plus déçue qu'autre chose, et ainsi me dégouté définitivement de ces personnes. Mais qui ne tente rien n'a rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kai Watanabe
Maître
Maître
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/06/2011

MessageSujet: Re: Emprisonnée... [PV Kai]   Dim 25 Déc - 23:15

( comme tu parles à "je" je vais essayer de faire pareil, mais je suis pas adepte de ce genre de rp, j'ai toujours eu l'habitude d'écrire à il, donc je tente et si j'arrive pas je repasserai au "il" par la suite, je te préviens au cas où ^^ + j'ai fais vite, sinon j'aurai mis trop de temps te répondre x) )

La journée s'annonçait parfaite ! Il faisait moche, froid et pour couronner le tout, j'avais un emploi du temps complètement vide. Le genre de journée que personne n'aime, mais dont j'étais particulièrement friand. J'en profitais pour dormir plus longtemps que d'habitude, surtout que mon appartement était en travaux pour refaire les canalisations, alors depuis quelques jours j'avais la liberté d'une chambre spacieuse dans un hôtel du coin. Et tout ça au frais du propriétaire. Le rêve.
Une douche, un peu de rangement dans ma paperasse et j'étais en route en suivant les instructions marquées sur un papier. Un client avait une dette envers moi, je lui avais rendu un service, retrouvé un neko qui s'était enfuit de sa boutique, enfin bref une histoire banale et pas intéressante. Tout ce qui m’intéressait, c'était ma tune. Mon plan de journée était fixé, je passerai récupérer mon argent, puis j'irai déjeuner et j'aurai mon après midi pour moi... J'avais hate.
Sur le papier, on m'indiquait une adresse sur laquelle je me rendais... Plein centre-ville... Lieu original pour un transfert d'argent. Peu importe. Je fus encore plus surpris lorsque je tomba sur l'animalerie... A vrai dire, je commençais à sentir une arnaque.
Néanmoins je passais le pas de la porte. Tout de suite mon ancien client vint me saluer. Il était vendeur ici. Avant que je puisse dire quoi que ce soit, il m'envoya dans un coin de l'animalerie. Je ne discuta pas sa demande, après tout plus vite je récupérai mon argent plus vite je sortirai de cet endroit qui est autant une horreur pour ces hybrides que pour moi même.
Trainant le pied et grimaçant légèrement en voyant l'état de certaines bêtes qui étaient, il faut l'avouer, dans un pire état pour certains que ceux que j'avais l'habitude de voir quand je trainais sur le marché parallèle et illégal des nekos.
Mais en même temps, ça m'amusait. Les hybrides, ça sert pas à grand chose, alors qu'il soit bien traiter ou pas, peu importe.

Arrivé au point que le vendeur m'avait désigné, je tombais sur un cage avec une neko dedans. J'haussais un sourcil en voyant la couleur rouge de ses yeux, cela me rappela un hybride que j'avais rencontré plus tôt.
Ce n'était pas le genre de couleur qu'on croisait tous les jours en tout cas. Je me désintéressa de l'hybride lorsque le vendeur s'approcha de moi.

- J'attends.

Je lui lançais ça sèchement. J'aimais pas attendre et puis je sentais vraiment qu'il allait se défiler...
- Voici Gaòth
- Hum?
Je jetais à nouveau un regard sur l'hybride. Histoire de voir si elle avait pas ma somme en billets quelque part coincée dans ses mains ou trainant dans sa cage.
Puis je reposa mon regard sur cet humain qui commençait franchement à m'agacer presque autant que les hybrides rebelles.
Cela pouvait se sentir que je commençais gentiment à m’impatienter.
- Elle est maintenant votre !
J’eus du mal à comprendre l’habitude enjouée du vendeur, je répondis au tac-o-tac et de manière sèche.
- C'est une blague ?
- Euh... Et bien... Je vous la donne et on oublie la dette...

Tiens. Après tout pourquoi pas. Je ne sais pas combien valait cette hybride et sur le coup, je ne savais pas ce que j'allais en faire, mais il était sûre que je pourrai la refiler à quelqu'un plus tard.
Je fixa a nouveau la jeune fille dans sa cage. J'essayais de la jauger, mais je ne décelais rien en elle pour le moment.
- Ok. Sortez là de là et attachez la à une laisse.
Je n'étais pas dupe à 100% non plus. Il cherchait quelque part à se débarrasser d'elle. Et puis ses chaines, j'imagine qu'elles étaient justifiées pour une raison ou une autre, je n'allais pas me laisser attaquer par une furie sans prendre un minimum de précaution.
Rester plus qu'à savoir dans quoi je me lançais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gaòth
Neko Femelle
Neko Femelle
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 09/12/2011

MessageSujet: Re: Emprisonnée... [PV Kai]   Lun 26 Déc - 1:03

( Yeah, rien que le fait que tu le fasse c'est sympas, on l'avais jamais fait, et t'inquiètes pas je comprends si tu préfère 'il', donc si t'es pas à l'aise hésite pas )

Un humain était donc planté devant ma cage, je restais immobile, mais sur le qui-vive. Si seulement il ouvrait la porte de ma cage, rien qu'une demi seconde, je pourrai me faufiler hors de cet affreux endroit. Mais l'homme se contenta de me regarder, et j'avais l'impression que, contrairement aux autres bipèdes comme lui, il n'était pas le moins du monde interresser par les hybrides. Du moins, il ne passait pas la boutique au peigne fin comme les autres. Il observa mes yeux, et je soutins son regard sans flancher, presque avec sarcasme, mais je tentais surtout de taire mon agressivité. Il se désinterressa alors de moi, et mes oreilles se plaquèrent sur ma tête de fureur et de mépris quand je vis le vendeur approcher. Que voulait-il encore, gâcher mon seul espoir actuel de fuite?

- J'attends.
Il parla sèchement, une de mes oreilles se leva de curiosité.
- Voici Gaòth
- Hum?
Mon expression farouche ne s'effaça pas quand l'homme se tourna à nouveau vers moi, mais je tournai les yeux vers l'humain pour arrêter d'assassiner du regard le vendeur. Que voulait-il à la fin?
Une sorte d'impatience gagna l'homme qui regarda de nouveau le vendeur. Celui-ci lui annonça alors, d'une voix presque enjouée:
- Elle est maintenant votre !
Un feulement furieux couvrit presque la voix sèche de l'homme.
- C'est une blague ?
- Euh... Et bien... Je vous la donne et on oublie la dette...

Un son entre le feulement et le grognement resta alors dans ma gorge. C'était à moi de choisir quel humain sera l'outil de ma fuite! De plus, je ne suis pas une marchandise! Mes oreilles plaquées contre mon crane, je tirais le chaînes afin de menacer clairement le vendeur. Je ne pouvais me permettre de retirer une de mes mains de mes menottes pour tenter de le griffer, car je risquai fortement de rater, et sa ruinerait ma chance de m'échapper si j'avais à revenir ici, ou même d'effrayer mon 'nouveau-maitre-présumé'
L'homme me fixa alors, m'évaluant. Peut-être s'interraissait-il quand même aux hybrides après tout? Finalement, im déclara:

- Ok. Sortez là de là et attachez la à une laisse.

Un autre feulement m'échappa, et je plantais mes ongles -ressemblant plus à des griffes de chats que des ongles humains mais qu'importe- Une laisse, et puis quoi encore?? C'est pour ça que j'attendais la bonne personne, celle gentille et tout le tralala, qui n'insistera pas pour que je porte une laisse! Je ne voulais pas d'un humain qui trimballe son, ou sa, néko pour frimer!
Je sentis alors un des batons qu'utilise le vendeur me tapper la côte, me faisant sortir mes crocs, ces petites dents de chats qui transpèrcent si facilement la peau. J'appercevais une laisse miteuse dans son autre main, il semblait avoir tout orchestré. Je contrôlais un accès de rage, mes membres tremblant légèrement, de façon perceptible. Le regard du vendeur se planta dans le mien, et je compris son message 'si tu veux sortir un joir, c'est maintenant, laisse-toi faire ou tu subieras les pires souffrances de ta vie'.
Mon cerveau tentait de peser le pour et le contre, des images de mon passé défilant à toute vitesse, et je mordis le baton, des échardes se plantant légèrement dans ma langue, et je lançai un dernier regard meurtier au gérant, avant de cesser de gesticuler pour me laisser faire. J'avais peur, de me soumettre ainsi à un humain, mais je n'avais pas le choix, je devais quitter cet enfer.
Le baton m'égratigna l'épaule, alors qu'il me détachait les jambes et les bras. Avant de libérer mon coup, il fit passer la laisse et me la mit autours du cou, un couinement de peur m'échappa, heureusement presque inaudible.
Finalement, il me fit sortir de la cage, alors que je contenais ma rage d'être un outil de transaction, et je vis le vendeur hésiter devant une paire de menotte, se demandant surement s'il devait les conseiller à l'homme ou non, au fisque de le faire changer d'avis et de lui faire changer l'objet de la dette en argent, en bon et dû forme. Finalement, il lui en glissa un mot, précisant quand même qu'il fallait être sur, avec tous les hybrides.

-On ne sait jamaos ce qui peut passer dans la tête de ces hybrides...

Je ne trouvais pas ça très convainquant, mais de toute façon je pensais bien trop pour l'écouter se perdre dans ses prétendus arguments, s'enfonçant de plus en plus. Mais à la fin, ce qui était désormais apparemment sensé être mon maître tenait ma laisse dans les mains. La matière me grattais horriblement, mais j'étais bien contente d'être libérée de ces chaînes. Un sourire sarcastique se dessina sur mes lèvres quand je pensais à toute ces nuits ou je me libérait de ces chaines 'inviolables' pour me détendre poignets et chevilles. Ce temps était-il révolu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Emprisonnée... [PV Kai]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Emprisonnée... [PV Kai]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'entourage de Pandora 4/5 Disponible
» She is a rebel. [Private]
» Emprisonnés [ Kyoshiro Nakamura]
» [Cimetière] Tué ou emprisonné ?
» Le bestiaire des autres surnaturels

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You are my master ! :: Première Partie : La paperasse. :: Les archives-
Sauter vers: