Incarnez un(e) Humain(e) et faites-vous servir par un(e) Neko !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Emma Tupris [fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Emma Tupris [fini]   Mar 27 Sep - 17:45

TUPRIS EMMA

Informations globales.


Nom : Tupris (prononcer Toupri)
Prénom : Emma
Âge : 24 ans
Orientation : aucune préférence. Hétéro à l'origine
Moyens : (riche, pauvre...) moyen tendant doucement vers un début de richesse
Métier : femme d'affaires/gérante de coopératives agricoles


L'approfondi


Physique :

Emma est assez grande, mesurant un mètre nonante-cinq. Cette taille a, avec sa carrure, la fâcheuse tendance à la faire paraître bien plus imposante qu'elle n'est réellement. A sa taille s'ajoute de généreuses formes et un corps assez bien musclé. Ainsi, ses quatre-vingt kilos (on en dirait pas) se répartissent harmonieusement, même si elle trouve que son fessier à tendance à trop en profiter.
Passons à un examen plus minutieux de sa personne : son abondante chevelure, d'un roux assez rouge, est toujours coiffée de façon à la rendre encore plus grande et impressionnante. A cela, elle ajoute une légère pointe de rouge à lèvre, soigneusement choisi pour être en accord avec la couleur de ses cheveux. Habillée avec élégance et style lié à sa profession (quoique, on en doute parfois), sa garde-robe n'en est pas pour autant des plus vastes. Les châles et autres écharpes sont sa touche « coquette ». Ses yeux, quant à eux, vous feront souvent l'impression de deux charbons ardents près à vous brûler.
Autre particularité mais que vous n'aurez à priori pas l'occasion de découvrir, une vilaine cicatrice lui barre le bas-ventre suite à un malheureux accident.


Caractère :

Sur ce point, il n'y a pas à se leurrer, Emma est une personne dotée d'une grande force de caractère. Peut-être est-ce du à son physique impressionnant, peut-être est-ce du à son éducation, voire au deux. Toujours est-il qu'elle se montre régulièrement autoritaire avec par moment des petits excès colériques. Couplez à cela une grande capacité de réflexion et vous obtiendrez... Une femme forte et bien seule car trop exigeante vis-à-vis d'un quelconque prétendant. Ainsi, lorsqu'elle se retrouve seule chez elle, un verre d'alcool à la main, regardant par la fenêtre depuis sa bibliothèque, vous pourriez voir, non pas une femme dépressive, mais tout de même mélancolique. Bien entendu, son mauvais caractère lui est venu après son accident, même si avant on ne peut dire qu'elle eut été une personne des plus joyeuses. Au moins souriait-elle d'un sourire franc et riait de bon coeur à ce que la vie lui offrait.

Histoire :

Dans les faubourgs d'une grande ville vivait une ancienne famille noble. Ancienne car un de leurs ancêtres, il y a de cela trois génération maintenant, avait entièrement dilapidé la fortune familiale. Et dans l'impossibilité de payer leur dettes, les enfants du dilapidateur n'avaient eu d'autre choix que de céder leur titre de noblesse afin de récupérer un maigrelet terrain avec une horrible vieille ferme à l'abandon pour ne pas finir à la rue.
Et quelques générations plus tard, la fermette branlante était devenue une belle petite villa. En effet, au pied du mur, la famille Tupris avait fait de formidables efforts qui s'étaient vu récompensés. De fermier, ils étaient devenus gestionnaire d'une coopérative avant d'être à la tête de plusieurs coopératives agricoles, leur fournissant de l'argent en suffisance pour vivre.
Bref, c'est dans cette petite villa que commença l'aventure appelée « vie » de la petite Emma. Née un vingt-trois juin, pour le solstice d'été, Emma était un beau bébé bien qu'un peu maigrelet mais pas pour autant dépourvu d'une belle énergie.
Elle fut le plus beau cadeau que ses parents pouvaient avoir, eux qui depuis déjà cinq ans tentaient d'avoir au moins un enfant. Ainsi, Emma fut-elle élevée avec tout l'amour du monde mais aussi avec la plus grande rigueur qu'il soit. En effet, après elle, ses parents ne réussirent plus à avoir d'enfant, l'avenir de la famille ne dépendrait donc plus que de leur fille unique. Elle se devait donc de devenir une femme parfaite afin que les erreurs familiales passées ne se reproduisent plus et que leur richesse naissante ne viennent à nouveau à disparaître en de mains étrangères.

La jeune Tupris fut donc éduquée dans l'optique de faire d'elle à la fois une grande dame et une commerçante hors pair. A côté de ses dures études, Emma n'avait que peu de loisirs autres que ceux imposés par sa mère. Et de ce fait, elle n'avait que peu d'amies pour l'aider à se divertir dans ces rares moments où une totale liberté lui était offerte. Quand personne n'était pas disponible, elle se plongeait dans des amis disponibles à portée de mains : ses livres.
Néanmoins, la jeune fille qu'elle était avait réussi, au cours de broderie, à se faire une réelle amie et pas des moindres puisqu'il s'agissait de la fille du duc régional. Ainsi, elle allait de temps à autre s'amuser dans les jardins de la propriété ducale.

Et la vie aurait pu continuer ainsi si, aux environs de ses seize étés (on ne va pas dire « printemps » pour une jeune femme née en juin), alors que la puberté battait son plein, elle tomba folle amoureuse pour le fils d'un comte qui était destinée à son amie, la future duchesse.
Quand cette dernière s'en rendit compte, plutôt que d'avoir une discussion posée avec Emma, elle préféra faire comme toutes les femmes : écarter définitivement sa rivale.
Ainsi l'invita-t-elle, elle et le bel, à participer à une petite partie de chasse. Répartissant les rôles, Evangéline plaça-t-elle son ex-amie du côté des rabatteurs tandis qu'elle se plaçait au côté du futur comte. Par politesse, Emma ne dit rien, de toute façon, elle n'était qu'une roturière dans cette affaire. Et puis, elle se disait que c'était une petite vengeance de la part d'Eva que de la placer loin du jeune homme. Hélas pour elle, notre jeune femme n'avait vu qu'une partie de la pensée de son amie...
Pendant la battue, Emma se sentit rapidement seule, comme si les autres rabatteurs la fuyaient ou sciemment, s'en éloignaient. Et avant qu'elle n'eut pu se lancer dans une réflexion, une vive douleur la saisit au ventre alors qu'un coup de feu venait juste de retentir. A cause du choc, Emma s'effondra avant de tomber dans les pommes...

« Je l'avais prise pour une biche ! » Fut le justificatif avancé par Evangéline. Et bien entendu, tous les rabatteurs la rejoignaient en disant que dame Emma s'était par trop éloignée d'eux.

Lorsqu'elle se réveilla, Emma fut d'abord prise d'une terrible nausée, suivie d'un élan de panique, ne sachant où elle se trouvait. Par réflexe, elle voulu se lever mais abandonna vite l'idée, sciée en deux par une douleur mordante dans le bas-ventre. Une fois la crise passée, elle prit la peine de se calmer et d'examiner les lieux, reconnaissant les austères chambres que le docteur avait derrière son cabinet pour les urgences. L'endroit connu, elle passa à l'examen de son corps : quelques écorchures sans gravité sur les bras mais un bandage monstrueux sur le ventre, encore tâché de sang. Se voyant ainsi, la lumière se fit dans son esprit.

*Evangéline, la sale garce, elle m'a tiré dessus. Ainsi, elle avait bien remarqué que je tournais autour de Tristanel...
Mais je ne la croyais pas assez lâche que pour m'écarter de façon aussi torve et violente. Enfin, je suis vivante, ce n'est donc pas si grave. Je lui ferais tout de même cracher des excuses quand je la verrai celle-là. Aïe... Mon ventre me fait encore bien souffrir, je devrais me reposer encore un peu, juste un peu...*


Et elle replongea dans le sommeil pour être réveillée début de soirée par la femme du médecin qui lui apportait à souper.

- Bonsoir Emma ! On dirait que ça commence à aller mieux. Tu nous a flanqué à tous une belle frayeur. Tes parents sont mêmes restés ici deux jours à ton chevet. Et aujourd'hui cela fait trois jours que mon époux t'a opérée.

- Une opération ? De quelle opération parles-tu, Abigaëlle ?

- De celle que tu as du subir en arrivant ici, ma chérie. Gustave t'a opérée quatre heures durant afin de retirer tous les plombs que tu avais reçus. Heureusement, aucun organe vital n'a été touché, même si...

- Même si quoi, Aby ? Dis-le moi !

- Et bien, Emma... Tu ne pourras jamais avoir d'enfants. Tes ovaires ont été touchés. Pas suffisamment que pour être détruits, mais suffisamment pour ne plus remplir entièrement leurs rôles. Tu continueras à avoir des menstruations, mais tu ne produiras plus d'ovule fertile. Ton corps continuera son évolution puisque l'oestrogène et la progestérone seront toujours produites, mais cela s'arrête là.

A ces mots, Emma fut prise d'un accès de rage, faisant voler le plateau qu'Abigaëlle lui avait apporté avant de fondre en larme, submergée par ses sentiments et la douleur.
Une page de son histoire venait de se tourner, tâchant de sang toutes les autres qui allaient lui succéder.

Malgré la triste nouvelle, Emma se remit vite et reprit rapidement des forces et ce, d'autant plus vite que les douleurs commençaient doucement à s'estomper. Toutefois, Emma le comprit quand le docteur lui enleva ses pansements, elle garderait à jamais une vilaine cicatrice sur le bas-ventre, là où les plombs étaient entrés profondément et avaient demandés une opération chirurgicale assez lourde.
Pendant toute la durée de sa convalescence, ses rares amies étaient toutes venues lui rendre visite et ses parents, bien sur, venait autant qu'ils le pouvaient. Une personne toutefois manquait à l'appel : Evangéline. En effet, la duchesse convolait en injuste noces avec Tristanel qu'elle avait épousé pendant le rétablissement de son ex-amie. Lorsqu'Emma l'apprit, elle se jura de pourrir la vie de cette peste des pires façons qu'elle pourrait. Evangéline venait, en quelques jours, de passer de meilleure amie à ennemie numéro un...

Quand Emma fut totalement rétablie et qu'elle put rentrer chez elle, elle demanda à être envoyées dans la meilleure école qui soit afin de terminer ses études de femme d'affaires. De plus, elle désirait y être placée en pensionnat, afin d'éviter de tomber malencontreusement contre son ennemie. A la fois heureux et attristé, ses parents acceptèrent car, en fait, c'était dans leurs desseins que de le lui proposer lorsqu'elle aurait été en âge d'aller dans la dite école. Leur joie était d'autant plus grande que ce soit leur fille qui leur propose. L'affaire fut vite réglée et l'année suivante, Emma parti pour la ville finir ses études.

Au pensionnat, elle ne prit pas la peine de se faire d'amie en tant que telle, se contentant de nouer des liens qui pourraient lui servir dans sa future vie active. De même, elle passa son tour de bizutage, préférant se consacrer entièrement à ses études.
Bien entendu, si ne pas se faire d'amies est assez aisé, il est plus difficile de ne pas se faire d'ennemies. Surtout lorsque l'on est suffisamment intelligente que pour se faire remarquer durant les cours. Malheureusement pour ces jeunes femmes, et encore plus pour leur chef qui ressemblait assez à Evangéline, Emma déjà aigrie par sa fille décida de leur rendre au centuple ce qu'elles lui feraient subir. Tant et si bien qu'à la fin de l'année scolaire, elle avait réussi à obtenir les deux titres antinomiques de « grosse brute » et d'« intello ». Sa réputation ainsi forgée, elle put terminer ses études et obtenir son diplôme sans plus jamais être dérangée.

Ce dernier en poche, elle rentra à la maison pour le montrer fièrement à ses parents qui la fêtèrent comme une reine. A la fin de la soirée bien animée, Emma leur annonça qu'elle les quitterait d'ici peu, s'étant achetée une maison dans la grande ville grâce à l'argent qu'elle avait gagné en jouant en bourses durant ses études.
D'abord abasourdis par la nouvelle, ils enlacèrent ensuite leur fille, celles-ci venant de dépasser de loin tout ce qu'ils avaient pu imaginer pour elle.
Six jours après la petite fête, Emma partait pour son nouveau chez elle dans la grand ville. La maison qu'elle avait achetée se trouvait dans les quartiers ouest, à proximité d'une église. Non pas qu'elle fut croyante, mais les « ding » réguliers de l'édifice avait bercé sa vie jusqu'à maintenant et elle désirait que cela continue.

Voilà maintenant deux ans qu'elle est installée et connue dans le monde du commerce comme une mégère sans pitié, n'hésitant pas à traîner dans la boue tout qui s'opposerait à elle. Malgré cela, où à cause de cela, elle vit toujours seule dans sa demeure, continuant à regarder les nuages passer par la fenêtre de sa bibliothèque, un verre à la main...


Hé, toi, t'es qui au fait ?


Pseudonyme : j'en ai un paquet ^^"
Comment as-tu découvert le forum ? Via des connaissances
As-tu lu le règlement ? Validé par Judikaël
Comment l'améliorer selon toi ? A voir avec le jeu
Un petit plus ? Diminuer un rien les bandes latérales ?
Quel est le personnage sur votre avatar ? Princesse Leila de Wakfu
Revenir en haut Aller en bas
Judikaël Death
Neko Rebelle
Neko Rebelle
avatar

Messages : 472
Date d'inscription : 29/03/2011

MessageSujet: Re: Emma Tupris [fini]   Mar 27 Sep - 21:33

Bienvenue !

Une fiche plus que correcte que voila, je te valide donc : )

Bon jeu parmi nous !

............................................





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Emma Tupris [fini]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Emma Pillsbury ✿ Wanna go halfsies on a pb&j ?
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You are my master ! :: Première Partie : La paperasse. :: Les fiches de présentation :: Présentations des humains :: Fiches Validées-
Sauter vers: